Ne pas confondre vitesse et précipation 

Compte-rendu du Conseil Municipal du 25 septembre 2018

Encore un conseil municipal où Monsieur le Maire a essayé d’endormir (presque) tout le monde ! Mauvaise foi évidente ou simple déni de la réalité à propos de la délibération n° 10 concernant la signature d’un accord-cadre de mandats de maîtrise d’ouvrage pour le projet d’écoquartier méditerranéen avec la Société Publique Locale 30 ? Monsieur le Maire n’a, à priori, pas le sentiment de signer un chèque en blanc à la SPL 30 chargée de définir les marchés, de choisir les entreprises, de fixer les délais et le prix des missions.

Sans fixer de montant maximum à cette convention, la Municipalité laisse une totale latitude, durant trois voire quatre ans, à cette structure qui a désormais la capacité de signer, gérer et procéder au règlement des différents marchés relatifs au projet de l’écoquartier méditerranéen. En avril 2017, Monsieur le Maire vantait les mérites d’une SPL : « C’est un outil qui vraiment permet d’aller vite », attention cependant de ne pas confondre vitesse et précipitation, d’autant que lorsque on aborde le calendrier des aménagements du futur quartier, Monsieur le Maire est beaucoup plus bredouilleur, évoquant simplement un démarrage des travaux fin 2019. On s’en serait douté… !

L’autre sujet qui a fait se départir Monsieur le Maire de son (apparente) assurance concernait la formalisation de la cession de l’Hôtel Résidence de Camargue. Nonobstant le fait qu’aucune des remarques formulées par Le Cercle du Grau lors du Conseil Municipal du 28 juin 2017, notamment sur les intentions de l’acquéreur et à la durée de l’exploitation, n’aient été prises en compte, de nouvelles inquiétudes viennent se rajouter à ce dossier nébuleux et mal engagé depuis le début.

En effet, depuis mars 2016 où le choix s’est porté sur la société Océanis pour un projet de lagon sur le toit, une promesse de vente a été signée en août 2017 mais avec un deuxième acquéreur et en novembre 2017, un troisième bénéficiaire s’est vu accorder un permis de construire. Les signataires et bénéficiaires d’un compromis de vente et d’un permis de construire peuvent-ils être modifiés en cours de route sans incidence ?

A cette question, Le Cercle du Grau a senti comme un flottement dans la majorité municipale et on peut le comprendre car les nouveaux acquéreurs n’étant pas ceux ayant remporté l’appel d’offres en mars 2016, ne faudrait-il pas dans ce cas relancer un nouveau marché afin d’être en règle ? En voulant signer avant la fin du mois d’octobre, Monsieur le Maire ne confondrait-il pas encore une fois vitesse et précipitation ?

Projet initial - Hôtel Résidence de Camargue

Projet initial choisi par la Commission Urbanisme en mars 2016

Le 1er octobre 2018

29 délibérations pour un Conseil Municipal bien insipide !

conseil.jpg

Serait-ce parce que les journées du mois de juin sont les plus longues de l’année que Monsieur le Maire nous a offert un Conseil Municipal de plus de trois heures alors que l’actualité était loin de le nécessiter ? Ou peut-être parce que, sans explication, celui du mois de mai avait été annulé ?

Au cours de deux premières heures ont été présentés de façon plus ou moins laborieuse les bilans d’activités de différentes structures paramunicipales :

  • Les Arènes, où on constate un chiffre d’affaires en hausse (745.000 € revenant au Délégataire) mais un bénéfice en baisse en raison du coût élevé de certains spectacles ;
  • La SEM du Grau du Roi Développement où définitivement il n’y a pas grand-chose à dire tant cette superstructure incluant désormais le camping de l’Espiguette et l’Office du Tourisme n’en finit pas de se réorganiser pour bien peu de résultats ;
  • La Régie du port de Port-Camargue, où une insolente autosatisfaction semble être de mise.

Que dire aussi de la longue liste, énoncée pathétiquement par Monsieur le Maire, à propos des recours engagés (en vain) par certains groupes d’opposition alors que certains sujets d’importance mériteraient l’attention et le travail de chacun ? A part deux ou trois délibérations qui peuvent susciter quelques remarques, le Conseil Municipal devient une simple chambre d’enregistrement que Le Cercle du Grau avait déjà dénoncée. Parallèlement à ces séances fastidieuses, Monsieur le Maire signe allègrement pour plus de 50 000 € de factures par le biais de Décisions Municipales pour lesquelles aucun vote n’est requis.

Et pourtant, certains sujets auraient mérité qu’on s’y attarde et qu’un débat constructif puisse s’installer, notamment, concernant le lancement de la consultation pour les concessions de plages. Pourquoi ne pas avoir transmis le cahier des charges à l’ensemble des conseillers municipaux ? Pourquoi ne pas avoir recueilli les intentions de candidature pour siéger à la commission auprès de tous les conseillers municipaux comme cela se fait pour d’autres dossiers, tels que celui de la DSP des Arènes ? Pourquoi ne pas avoir réuni toutes les tendances représentées au Conseil Municipal au sein de cette commission ? A quoi bon vanter les vertus de la démocratie pour rester forcément entre soi ? Au terme de cette consultation, souhaitons que la préférence locale soit privilégiée pour l’attribution de ces établissements de plage pour les 5 prochaines années et d’ailleurs pourquoi pas 10 comme cela est le cas sur certaines concessions ?

Paul Valéry affirmait que « La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde ». Etait-il cynique ou simplement lucide ?

Le 5 juillet 2018

25 avril 2018

  • Questions à l’ordre du jour du Conseil Municipal (180425_ODJ)
  • Compte-rendu du Conseil Municipal (180425_PV_CM)
  • Positions, remarques et interventions du Cercle du Grau
Question écrite du Cercle du Grau

A l’approche de la saison estivale, quelles mesures seront mises en place pour assurer la sécurité des résidents et des touristes au Grau du Roi, notamment :

  • sur le boulevard Maréchal Juin où la circulation des véhicules n’est pas contrôlée,
  • aux abords de la gare SNCF qui commence à accueillir un nombre important de voyageurs,
  • lors des animations estivales sur les quais et sur le front de mer ?

Plus généralement, pouvez-nous indiquer ce que vous envisagez pour assurer la sécurité quotidienne des Graulens, et tout particulièrement celle des écoliers et collégiens, aux abords des écoles maternelles et primaires ainsi qu’au Collège d’Alzon ?


DM Régie 180409 – Extension du périmètre pour l’attribution du macaron de l’hyper centre-ville (du Quai Général de Gaulle à la rue Gabriel Péri). Avec ce nouveau périmètre, comment envisagez-vous de rembourser les personnes qui ont déjà réglé un abonnement à 170€ ?

Question 1 –Budget Principal – Décision modificative de crédits n°1

ABSTENTION

Question 2 – SIVOM des communes littorales de la baie d’Aigues-Mortes – Participation communale 2018

OK

Question 3 – SOCOMAP – Déplacement de la station de carburant pour les professionnels de la pêche sur le parking de la Plagette

OK

Question 4 – SARL Jet Roi – Avenant n°2 à la convention d’occupation temporaire du domaine public portuaire

Question 5 – S.N.C.F. Ligne Nîmes/Le Grau du Roi – Médiation dans les transports : Convention avec l’association Samuel Vincent

L’année dernière Le Cercle du Grau posait déjà la question de la participation des autres villes du parcours et tout particulièrement celle de la Ville de Nîmes. Où en est cette réflexion ? Serait-il possible d’obtenir le bilan 2017 de cette association qui perçoit chaque année 10 000 € dont on perçoit mal l’utilisation ?

CONTRE

Question 6 – Relais ORANGE – Bail pour installation antenne temporaire avenue de l’Hermione

OK

Question 7 – Marché public de travaux n°2018-02-MTX-055 : Travaux de réaménagement de l’Esplanade de la Mer comprenant le Boulevard Maréchal Juin et la Place Constantin – Avenant technique

Puisque cet avenant n’a pas d’incidence financière, je voterai pour.

OK

Question 8 – Marché public de travaux n°2018-02-MTX-013 : Travaux de désamiantage et de déplombage dans le cadre de l’opération de restauration et valorisation de l’Ancien Phare

OK

Question 9 – Personnel communal – Recrutement rédacteur au service de la commande publique

A quoi est due cette vacance de poste ?

OK

Question 10 – Personnel communal – RIFSEEP : Ajustements

OK

Question 11 – Personnel communal – RIFSSEP : Agents saisonniers

OK

Question 12 – Personnel communal – Création de postes

Ces 2 postes au CCAS devenus vacants seront-ils maintenus ou supprimés ? Cette question me permet de rebondir sur la réalisation d’un audit social que Le Cercle du Grau demande depuis désormais plusieurs mois, pour ne pas dire quelques années.

CONTRE

Question 13 – Société Nationale de Sauvetage en Mer (S.N.S.M.) : Grille indiciaire – Surveillance des plages 2018

OK

Question 14 – Tennis municipaux – Conventions mise à disposition aux professeurs de tennis

Que se passe t’il dans l’hypothèse où un de ces moniteurs ne soit pas renouvelé par le club dont il dépend ? Pourrait-il toujours enseigner en libéral, indépendamment du club ? Pourquoi ne pas avoir choisi une convention tripartite.

ABSTENTION

Question 15 – Tennis avenue de Dossenheim – Convention mise à disposition des installations sportives

OK

Question 16 – Tennis route des Marines – Convention mise à disposition des installations sportives

OK

A la lecture de ces 2 conventions, permettant aux joueurs de tennis de pratiquer sur les 2 sites (Port Camargue et Centre ville), pourquoi à terme ne pas envisager 1 seul club municipal ce qui permettrait de réduire considérablement les frais de fonctionnement notamment en périodes de tournois ?

Question 17 – Fourrière animale (animaux errants sur la voie publique) – Contrat de prestation de services SACPA

OK

Question 18 – Subventions associations

Pourquoi ces 2 subventions ne figuraient-elles pas au budget primitif ?

OK

Le 26 avril 2018

Le CCAS ou la citadelle imprenable

En fin de séance du Conseil Municipal du 29 novembre 2017, refusant de lire, comme cependant le Règlement le prévoit, la question écrite (lire la question) du Cercle du Grau à propos des effectifs et des problèmes d’encadrement récurrents au CCAS, Monsieur le Maire a tenté, désespérément, de justifier une gestion incontrôlée et désormais incontrôlable.

Depuis 2014, le CCAS a vu ses effectifs progresser de plus de 26%, (hors ATSEM et accompagnants comptabilisés dans les effectifs municipaux mais placés sous l’autorité de la Directrice du CCAS). La mise à l’écart de certains cadres et un turn-over très important des personnels conduisent à une situation organisationnelle et sociale particulièrement dégradée au sein du CCAS, préjudiciable au bon fonctionnement de cette structure devenue un état dans l’état.

Préférant déplacer le débat sur l’incident survenu le 9 novembre dernier à propos d’un petit garçon, « oublié » dans le bus de ramassage scolaire, triste illustration des dysfonctionnements constatés depuis longtemps dans les services du CCAS, ni Monsieur le Maire, ni son Adjointe à la Cohésion Sociale, à l’Éducation et à la Jeunesse n’ont voulu s’expliquer sur les effectifs pléthoriques et la désorganisation de ce service.

Un audit social au printemps 2016 relevait déjà des procédures de gestion du personnel opaques, des missions floues, un climat autoritaire et rigide de la part des responsables de services, « des propos insoutenables, des humiliations devant les collègues, des brimades, des critiques injustifiées et des mises à l’écart »… Déjà en 2016, les agents interrogés déploraient que « le CCAS est ressenti comme une entité autonome ne dépendant même pas du Directeur Général des Services et que le fort taux de renouvellement des personnels est préjudiciable pour les enfants ».

Monsieur le Maire, est-ce faire de la politique que d’essayer d’apporter des solutions quand des employés parlent, eux-mêmes, de « danger psychologique » et quand des incidents tels que celui cité plus haut sont constatés ?

Le Cercle du Grau propose, dans un premier temps, que le service « petite enfance » soit réaffecté dans les services municipaux sous l’autorité de la Direction Générale des Services et que le service « Scolarité » soit renforcé (1 agent à mi-temps contre 4 en 2015). En accord, avec l’Education Nationale, il conviendrait également de procéder à un appel l’après-midi dans les classes maternelles afin de signaler toute absence, notamment celle des enfants empruntant le bus scolaire à la pause déjeuner. Cette nouvelle organisation ne pourrait-elle d’ailleurs pas être également placée sous la responsabilité d’un autre élu ?

Le Cercle du Grau acceptera bien volontiers l’invitation à siéger à la prochaine Commission mais s’étonne que ni l’opposition municipale, étonnamment muette, ni la majorité, malgré tout divisée sur le sujet, ne semblent vouloir attaquer cette « citadelle imprenable ».

CCAS_blog

Le 3 décembre 2017

Cimetières : pleurer pour obtenir 6 containers

crysanthmes

Les fêtes de la Toussaint ont le mérite, outre le recueillement, d’offrir aux visiteurs un lieu où tout semble apaisé tant il est fleuri et joliment entretenu. Moins de trois semaines après, c’est déjà l’envers du décor : pots, végétaux et autres papiers d’ornement entreposés à même le sol à l’extérieur des cimetières. Pas terrible comme environnement. C’est un peu comme lorsque des résidents jettent leurs encombrants dans les rues ou pire les abandonnent en pleine nature.

Mais là, personne ne semble s’émouvoir qu’il n’y ait pas de containers à l’intérieur ou aux abords immédiats des cimetières surtout en cette période. Allons bon, la Commune n’aurait-elle pas les moyens de payer 6 bennes de 1.000 litres (3 pour chaque cimetière) pour un montant total de 3.691€, certainement négociable via la Communauté de Communes Terres de Camargue ? Etonnant qu’aucun conseiller communautaire n’ait soulevé cette question depuis trois ans. 
 
Se féliciter des parterres de fleurs, c’est bien mais l’entretien des abords de ces lieux de recueillement, c’est encore mieux. La « vitrine » du Grau du Roi, c’est aussi cela.
Le 21 novembre 2016