Esplanade de la Mer : « Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer le décor* »

planfrontdemer

Suite à la demande insistante du Cercle du Grau lors du Conseil Municipal du 26 juillet dernier, la Mairie a finalement accepté d’organiser une réunion publique concernant les travaux d’aménagement de l’Esplanade de la Mer qui débutent à la fin du mois de septembre.

Dans un premier temps favorable à cet aménagement qui consistera pour l’essentiel à créer un réseau pluvial et à augmenter l’espace de déambulation (en supprimant le stationnement) depuis la place Constantin jusqu’au parvis de la Mairie, le Cercle du Grau regrette, une fois de plus, qu’une plus large concertation n’ait été effectuée en amont de ce projet avec les riverains (résidents et commerçants) et que les Commissions Municipales, dédiées à l’Urbanisme, ne soient finalement que des chambres d’enregistrement où rien n’est discuté mais tout est imposé !

Ce projet d’1,5 million d’euros manque, en effet, singulièrement d’envergure puisqu’il ne prévoit au final que la régularisation des réseaux secs et humides, l’agrandissement des trottoirs de 0,80 mètre, le maintien de la voie de desserte bitumée et l’élargissement de la promenade sur les anciennes places de stationnement.

Confié à un Bureau d’Etudes Techniques et non à un architecte urbaniste, ce projet entièrement minéral ne propose aucun relief et aucune mise en valeur de l’espace environnant. Mélange des styles de revêtement (bitume, béton désactivé, réutilisation après nettoyage des pavés existants), déplacement de 2 palmiers, installation de bancs…  rien de bien révolutionnaire dans ce projet qu’on nous présente comme l’un des aménagements-phares de la commune. Oubliée la pergola qui devait « meubler » la place Constantin, car jugée trop chère (que sont quelques milliers d’euros comparés à la facture globale ?) ; exit aussi l’harmonisation du revêtement entre les différents espaces et la voirie : le bitume est moins cher…

L’Esplanade de Mer se résume à une promenade de 9 mètres de large sur laquelle Monsieur le Maire refuse l’installation de terrasses commerciales avec pour seul argument que « ce n’est pas dans l’esprit » ! Mais quel « esprit » a donc soufflé pour autoriser l’implantation d’une terrasse pour un hôtel*** récemment inauguré, et sur laquelle tout le monde s’accorde à dire qu’elle apporte une réelle plus-value à la station ? Pourtant, les exploitants recalés n’avaient pas ménagé leurs efforts et leurs moyens en faisant appel à leur architecte pour proposer des terrasses sur la future promenade. Refus catégorique de la part de Monsieur le Maire qui jugule toute émulation commerciale et qui prive également la Commune de quelques redevances d’occupation du domaine public pourtant nécessaires à l’écouter…

Favoriser la circulation « aimablement » entre piétons, cyclistes et automobilistes sera donc  l’enjeu de ce réaménagement mais la matérialisation de la voie de desserte routière en bitume scintillant confirme qu’il sera toujours possible de circuler en voiture et de stationner selon une (courte) durée laissée à la « libre appréciation » des agents verbalisateurs. Dans ce « nouveau projet », point de dépose-minute pour les clients des hôtels, ni de place de livraison pour les commerces…, le civisme des uns et la bienveillance des autres devraient faire le reste ! Alors, demain, viendront les inévitables barrières toulousaines pour empêcher le stationnement anarchique des véhicules.

On notera aussi l’absence de contrôle d’accès à cette esplanade, laissant un « boulevard » de 9 mètres de large sur un même niveau à n’importe quel véhicule fou. Mais on est rassuré, le plan Vigipirate est en place lors des Feux d’Artifices du 14 juillet et du 15 août !

Fermé à toutes propositions dès lors qu’elles n’émanent pas de lui, Monsieur le Maire en oublie même sa géographie, s’opposant à l’idée d’implanter le marché sur la place Constantin en raison du Mistral et de la Tramontane qui rendraient cet espace impraticable de nombreux jours par an ! Il nous semblait pourtant que les immeubles de l’Impérial et du Phare constituaient une barrière assez efficace contre les vents du nord et d’ouest…

Comme dans le conte d’Andersen, où le souverain se présente devant son peuple entièrement nu, victime de personnes malintentionnées qui lui avait laissé croire qu’il portait un costume exceptionnel, cet aménagement, annoncé comme le point de départ du futur projet urbain, n’est en fait que le « toilettage » d’un espace qui n’était peut-être pas forcément prioritaire sur la liste des grands travaux pour Le Grau du Roi.

Un projet insuffisamment pensé et donc forcément, pas abouti ; une « promenade des illusions perdues » qui sera inaugurée au printemps 2018. C’est sûr, l’horloge électorale tourne…

2_front_de_mer
Projet d’aménagement d’une terrasse commerciale sur le Front de Mer
4_front_de_mer
Projet d’aménagement d’une terrasse commerciale sur le Front de Mer

1_front_de_mer.jpg

Le 20 septembre 2017

* Daniel Pennac – La petite marchande de prose

Lire l’article paru dans la Gazette de Nîmes du 28 septembre 2017

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s