Un conseil municipal en 2 mi-temps

CM 26 juillet 2017

Le Conseil Municipal du 26 juillet s’est déroulé en deux mi-temps, comme au football : discipline chère à Monsieur le Maire qui préféra donner le coup d’envoi du match Montpellier  / Saint-Etienne plutôt que d’ouvrir le dernier conseil municipal de la saison. N’eut il pas été préférable de décaler l’heure de la séance afin de permettre à chacun d’assister à la 1ère mi-temps de ce match ? Anecdotique certes, mais symptomatique chez le premier magistrat qui préfère courir derrière les photographes plutôt que d’honorer ses engagements. Il n’est d’ailleurs pas rare de le voir quitter certaines réunions ou de se faire porter pâle car « pris par d’autres rendez-vous »…

La « première mi-temps » du Conseil Municipal, (même s’il fallut la faire trainer en longueur pour attendre le « capitaine »  de l’équipe majoritaire) se déroula dans une atmosphère détendue et bonne enfant. Une ambiance qui changea du tout au tout à son arrivée enchaînant, dribbles inutiles et  tacles inopérants, avec risque de carton rouge et d’expulsion à chaque action. Mais il est vrai que dans la vie politique locale, le seul arbitre ce sont les concitoyens qui ne peuvent siffler les arrêts de jeu qu’une fois tous les 6 ans !

Sur le choix (ô combien prévisible) du délégataire des arènes pour la période 2018-2020, Le Cercle du Grau s’est abstenu en raison du manque de candidat, d’une programmation « copiée-collée », d’une trop faible redevance annuelle et de l’absence de concertation avec les clubs taurins. Un choix par défaut puisqu’un seul candidat a répondu à l’appel d’offres, une situation que semble aussi regretter Monsieur le Maire. Le mot se serait-il propagé comme quoi les choses sont « vérouillées » au Grau du Roi ? Comment se fait-il que dans d’autres arènes, deux ou trois candidats soumissionnent et pas ici ? 

Concernant les travaux de réaménagement du front de mer, rive gauche, Le Cercle du Grau regrette qu’aucune réunion d’information avec les riverains (commerçants ET résidents) ne soit programmée avant le début des travaux prévu en octobre. Tout comme, il déplore que ce projet n’ait toujours pas été présenté en Commission Urbanisme. 

A la question 6, portant sur la facturation de terrasses, contre-terrasses ou équipement de commerce sans autorisation, Le Cercle du Graus’est abstenu, estimant que la Municipalité officialisait de fait certaines occupations illégales du domaine public. Comment envisager de mettre en place des pénalités pour non-respect de l’occupation du domaine public tant que les règles ne sont pas claires et les arrêtés déjà en vigueur, pas appliqués ? Il s’agirait dans un premier temps de faire un minimum de pédagogie auprès des commerçants et de revoir les surfaces et les marquages au sol en avant-saison. Un arrêté indiquant que les postes de cuisson doivent se situer à l’intérieur des commerces est déjà en vigueur sur la commune, or dans la plupart des cas, le marquage au sol ne délimite pas la zone commerciale mais bien la cuisine. Cette gestion empirique et sans réflexion de l’implantation des terrasses constitue un danger pour l’accès des véhicules de secours sans parler des difficultés pour les personnes à mobilité réduite de circuler dans certaines rues du centre ville. A quand la mise en place de la fameuse charte de qualité urbaine pour Le Grau du Roi ?

Et puis, le Conseil Municipal ne pouvait s’achever sans les désormais célèbres « mercato » avec des mouvements de personnels au sein du service de communication de la Mairie et le recrutement d’un journaliste territorial. Passons sur « l’expérience professionnelle de journaliste significative » requise puisque le poste est déjà pourvu par une ex-journaliste de notre quotidien régional préféré. Pour embaucher ce cadre A ( 2624 € mensuels sans les primes), le service se voit désormais réduit à 3 personnes pour une économie de 500 € par mois. Monsieur le Maire souhaitant rationaliser les coûts en externalisant les travaux communication, devra bientôt nous expliquer comment il compte s’y prendre pour trouver des prestataires extérieurs capables de remplacer le travail d’un agent pour 500 € mensuels. A moins que dans son nouvel entourage, on ait déjà quelques noms à lui souffler…

Jouant les prolongations, Monsieur le Maire a obtenu une « belle » unanimité grâce à la lecture d’une lettre ouverte adressée à Monsieur le Président de la République demandant une compensation intégrale de l’Etat suite à la suppression (partielle) de la taxe d’habitation. Qui pourrait être contre même si cet engagement est d’ores et déjà prévu ? Mais Monsieur le Maire devrait aussi penser à réaffecter certains budgets comme ceux récupérés depuis l’abandon des activités périscolaires. 

20 heures, coup de sifflet final. Encore un match où tout était joué d’avance.

Le 5 août 2017

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s