« Je vais bien, tout va bien » ou la politique de l’autruche autour du CCAS

CCAS

Découvrir et s’agiter aujourd’hui autour d’un « malaise » au sein du CCAS ne serait-il pas l’arbre qui cache la forêt ? Le Centre Communal d’Action Sociale est devenu un « état dans l’état », présidé et dirigé par deux Dames de Fer. Une directrice autoritaire et un couple d’agents héraultais : trois recrutements avec comme fil rouge, le sacro-saint parti !
 
Alors oui, il semblerait, selon certains et selon la presse, qu’il y ait des problèmes de management et de mal-être au CCAS (et pas que là manifestement). Des soucis, rapidement balayés par Monsieur le Maire qui a choisi d’adresser un courrier à l’ensemble des salariés pour calmer le jeu. Si sa porte est toujours ouverte pour le dialogue social, le premier Magistrat de la Ville préfère laisser le soin à son Premier Adjoint et à son Directeur Général des Services de recevoir les doléances des agents. Insuffisant, très insuffisant ! 
 
 

Un audit social

Aussi, nous demandons à Monsieur Le Maire de commander, sans délai, un audit social, réalisé par un cabinet indépendant afin de faire un état des lieux et d’entendre l’ensemble du personnel du CCAS. Un vrai audit conduit par des professionnels rompus aux problématiques des Ressources Humaines, où chacun (salariés, personnels d’encadrement, représentants du personnel, syndicats) pourra s’exprimer librement et sous couvert d’anonymat afin que toute la lumière soit faite sur la situation sociale du CCAS. Il ne s’agit pas de se donner bonne conscience en confiant cette mission à un stagiaire mais d’étudier précisément, si les faits sont avérés, quelle est la réelle ampleur du problème. Dans cet objectif, nous demandons également à Monsieur le Maire de créer une commission ad hoc, réunissant l’ensemble des sensibilités composant le Conseil Municipal, qui veillera au bon déroulement de cet audit en totale indépendance et totale transparence.
 

Un audit financier

Ah et puis, après le social, la situation financière du CCAS mériterait, elle aussi, d’être étudiée de près. Car c’est bien là que le bât blesse aussi : les finances ! De convention de mise à disposition en complément de budget, de transfert de personnel en facture non justifiée, la « bulle » du CCAS tisse sa toile autour de Monsieur le Maire, l’enferrant un peu plus sur sa gauche. 
 
Comment expliquer que la baisse de 5% sur l’ensemble des budgets de la Collectivité ne soit pas appliquée au CCAS ? En effet, « l’enclave sociale » disposait d’une enveloppe de 1,497 million d’euros en 2015 ; une enveloppe ramenée à 1,343 million lors du vote du budget 2016. Jusque là, tout va bien. Mais si on ajoute 154.000 € de factures (difficilement contrôlables) du CCAS à la Mairie, on retrouve exactement le budget initial, soit 1,497 million d’euros ! Pire encore, si on comptabilise les 240.000 € de salaires à la charge de la Commune en faveur du CCAS, la note grimpe encore : 1,737 million d’euros. Et sans parler de l’augmentation conséquente du salaire de Madame la Directrice qui, se permettant de venir travailler accompagnée de son chien, occupe actuellement son poste seulement à 80%.
 
Mais c’est peut être ça, le prix à payer pour Monsieur le Maire pour avoir la paix « sociale » !
Lire l’article paru dans Midi Libre – le 15 mai 2016
Le 16 mai 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s