Pour l’exemple !

restaurant de plage

Fixer des règles claires en matière d’occupation du domaine public semblerait être, à première vue, une intention louable de la part de la Municipalité. Mais faire d’un cas particulier, une généralité est devenu l’exercice préféré, et parfois très risqué, de l’équipe en place.

Ainsi, la Mairie « s’attaque » désormais aux établissements commerciaux situés en haut de plage au Boucanet. Enfin surtout à un d’entre eux ! Dans sa ligne de mire, une exploitation commerciale ouverte à l’année, dont la qualité n’est plus à démontrer, à qui Monsieur le Maire s’apprête à imposer une majoration de 357 % sur le loyer annuel et à réduire le bail emphytéotique d’une durée de 30 ans, dont elle bénéficiait jusqu’à présent, à une convention de 5 ans « révocable et précaire ».

Curieux procédé pour inciter les professionnels du tourisme à investir sur la commune et dans leur outil de travail afin d’améliorer le niveau de leurs prestations. Encore plus pernicieux : vouloir « tenir de court » certains commerçants en brandissant au-dessus de leur tête « l’épée de la convention révocable ». La politique d’occupation du domaine public oscille donc entre copinage et intimidation.

Mais passons, puisqu’il s’agit d’une « mise en conformité » (dont on n’a d’ailleurs pas bien saisi les contours juridiques), cette nouvelle convention survenant après moult péripéties juridiques entre l’ancienne et la nouvelle municipalité et cet établissement. Désormais une autre question se pose : les deux autres établissements de la plage du Boucanet vont-ils être soumis au même régime et voir également leur loyer s’envoler ? Au-delà de cette simple question, c’est l’ensemble de la politique de l’occupation du domaine public qui mériterait d’être harmonisée : les terrasses, les pontons commerciaux sur le canal, la place du marché…

Là aussi, on risque de rire… jaune !

Le 2 décembre 2015

Un commentaire sur “Pour l’exemple !

  1. J’ai une question : et si la municipalité, en tant qu’entité collective, appliquait simplement la règlementation en matière de « plages privées » : existence de la société d’exploitation avant l’appel d’offre, conformité, etc…. ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s