Des propositions pour « après »

Bureau Municipal élargi du 22 avril 2020

CMAvril2020

Pour la deuxième fois depuis le début du confinement, et suite à la suggestion du Cercle du Grau, le Maire du Grau du Roi a réuni les membres de l’opposition autour d’un Bureau Municipal au cours d’une visioconférence le mercredi 22 avril.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, la situation financière de la commune fait état de 3,7 millions de pertes de recettes en raison notamment de l’exonération des redevances d’occupation du domaine public et maritime ainsi que des loyers des concessions de plage pour l’année 2020. Face aux incertitudes liées au montage et à l’ouverture des établissements de plage et au regard des différentes appréciations selon des départements littoraux, Sophie Pellegrin-Ponsole a renouvelé sa proposition « d’harmoniser les prises de décisions à l’échelle régionale ».

Regrettant que certains professionnels du tourisme de la station ne puissent profiter des abattements prévus par la Municipalité, comme par exemple les restaurants de plage ou parcs de loisirs exploitant le domaine privé communal, Le Cercle du Grau a proposé une suppression du reversement de la taxe de séjour par les hébergeurs ; « une mesure équitable et bénéficiant au plus grand nombre des professionnels du tourisme », estime l’élue d’opposition.

Par ailleurs, la Municipalité n’entendant pas créer de fonds de solidarité en faveur des petites et moyennes entreprises, Sophie Pellegrin-Ponsole a suggéré la gratuité totale des parkings afin de favoriser l’activité économique et attirer une clientèle de proximité durant la période estivale.

D’un point de vue budgétaire, cette perte de recettes doit s’accompagner d’une révision totale des dépenses de fonctionnement et d’investissements, tout particulièrement concernant les charges courantes pour lesquelles Le Cercle du Grau a estimé une possible réduction de 810 063 €. Evoquant les postes de dépenses à surveiller plus particulièrement, Sophie Pellegrin-Ponsole a souhaité obtenir un état des lieux sur les emplois saisonniers dans les différentes structures municipales et para-municipales (Services Techniques, Seaquarium, camping de l’Espiguette, parking des Baronnets…).

L’autre sujet majeur évoqué au cours de ce Bureau Municipal a concerné la réouverture des écoles pour laquelle les services municipaux appliqueront les consignes nationales en veillant par-dessus tout à garantir la sécurité des élèves, des enseignants et des personnels accompagnants. Mais au-delà de cette reprise éventuelle au 11 mai, Le Cercle du Grau a souhaité que le CCAS recense les familles les plus modestes qui ne seraient pas en mesure d’apporter une alimentation équilibrée et en quantité suffisante à leurs enfants déjeunant habituellement à la cantine. Si l’octroi d’une aide financière sous forme de bon alimentaire semble être la solution la plus simple à mettre en place, Sophie Pellegrin-Ponsole propose la livraison de repas à domicile pour le repas méridien du lundi au vendredi. Cette solution présenterait plusieurs avantages : l’utilisation des stocks alimentaires existants, le recours aux circuits courts, le maintien des contrats avec les fournisseurs et, enfin et surtout la garantie de repas équilibrés aux enfants.


Ordre du jour

1 – Point financier :

– les dépenses engagées,
– les abandons et reports de recettes,
– les économies envisagées,

2 – Point sur l’accompagnement des entreprises : 

– les mesures décidées par la commune,
– la réunion programmée à la CCTC à la demande de la commune,
        – la concertation avec les professionnels, 

3 – Point sur la reprise scolaire :

– les risques et les contraintes,
​- les précautions prises,

4 – Point sur la reprise progressive de l’ensemble des services municipaux,

5 – Point sur l’EHPAD Saint Vincent, 

6 – Questions diverses. 

Le 24 avril 2020

Compte-rendu du Conseil Municipal du 31 mai : Comment être con(tre) ?

taxesejour

Lors du Conseil Municipal du 31 mai 2017, pendant que certains, se voulant plus « l(R)oyalistes que le roi », font de l’obstruction notamment sur des projets d’utilité publique (projet d’évacuation eaux pluviales sur le Front de Mer), le Cercle du Grau pose, lui, de vraies questions. En effet, le programme du Président de la République, nouvellement élu, envisage de laisser aux communes l’organisation du temps périscolaire. Comment cela va t’il se traduire pour notre commune du Grau du Roi ? Avons-nous les moyens de continuer à financer ces activités qui ne recueillent pas forcément l’unanimité chez les parents, enfants, personnels, enseignants et tous les intervenants, d’autant plus si la réforme sur la taxe d’habitation vient à être adoptée, privant ainsi la commune de recettes conséquentes ? Une décision devrait être prise dès la prochaine rentrée scolaire.

En 2016, la taxe de séjour a représenté un peu plus de 830.000€ de recettes pour la Commune. A l’occasion de la question n°14 sur l’établissement de périodes de perceptions (trois fois par an), Le Cercle du Grau a fait remarquer qu’il serait opportun de recenser plus précisément le nombre de lits sur la commune, et tout particulièrement ceux des opérateurs professionnels (hôtels, campings, résidences de tourisme…) et ce, avant d’aller « faire la chasse » aux particuliers pratiquant la location saisonnière. Manifestement, il reste du chemin à parcourir puisque les chiffres fournis sur la capacité d’hébergements(*) de la station du Grau du Roi sont bien en-dessous de la réalité INSEE et par voie de conséquence, le montant de la taxe de séjour encaissé reste très inférieur à celui qu’il pourrait être.

Bien sûr que le Cercle du Grau est favorable au recouvrement de cette taxe, prélevée à la clientèle touristique, car elle permet de financer les dépenses liées à la fréquentation touristique et à la protection des espaces naturels impactés par cet afflux de population. Comment être contre ?

La délibération n°17 permet désormais au Cercle du Grau de siéger dans toutes les Commissions Municipales. Se réjouissant de cette décision qui reflète un esprit d’ouverture, à l’image de celle pratiquée au plus haut sommet de l’Etat, le Cercle du Grau remercie l’ensemble du Conseil Municipal pour son unanimité sur cette question.

Une réflexion concertée entre tous les élus, toutes tendances confondues, sur les dossiers majeurs de la Commune en vue d’apporter un meilleur service aux Graulennes et aux Graulens, comment être contre… ?

Le 2 juin 2017

(*) Capacité d’Hébergements

  Chiffres Mairie Chiffres INSEE
Hôtels Non communiqués 903 lits (23 établissements)
Campings 5 763 emplacements 7 009 emplacements
(19 établissements)
Villages de Vacances 1 944 lits 2 029 lits (5 établissements)
Résidences de Tourisme 1 463 lits 6 678 lits (12 établissements)
Chambres d’Hôtes 8 lits Non communiqués
Centre sportif Non communiqués 96 lits (1 établissement)

Un Conseil Municipal bien morose

Rien de transcendant, à l’ordre du jour du Conseil Municipal du mercredi 27 avril 2016, contrairement à ce qu’a annoncé Monsieur le Maire en préambule de cette séance, évoquant de grands projets pour le développement économique et le développement durable du Grau du Roi. Convention pour le pâturage de taureaux sur le domaine public, extension de la durée d’occupation du domaine public portuaire pour une base de jet-ski, installation d’un marché bio sur l’avenue de la Gare, 3 personnels supplémentaires à la Police Municipale…, chacun appréciera la dimension visionnaire de ces décisions et autres délibérations pour le développement économique et le rayonnement de notre commune !

Fier d’annoncer un avenant de 500.000 € supplémentaires (sur les 9 millions déjà engagés) à la Convention avec l’Etablissement Public Foncier Languedoc-Roussillon qui assure la maîtrise foncière du futur Eco-Quartier Méditerranéen sur le site de l’ancien Camping des Pins, Monsieur le Maire a été malheureusement incapable d’indiquer les raisons de cette rallonge financière. D’ailleurs, Le Cercle du Grau vous apporte quelques éclairages sur cette vente réalisée « à la hussarde » en fin d’année 2015 (lire l’article).

Parce que l’aménagement urbain sera manifestement la clé de voûte de ce mandat, Le Cercle du Grau reste particulièrement vigilant en ce qui concerne les ventes du patrimoine municipal. Ainsi, a-t-on appris au cours du Conseil Municipal que l’acte de vente pour le bâtiment de l’ancien Office du Tourisme n’était toujours pas signé, et que celui de la vente des anciennes écoles en était au stade de la promesse, un acte suspendu à un grand nombre de clauses. Quant à la transaction de la Résidence de Camargue, Le Cercle du Grau renouvelle ses mises en garde concernant la capacité financière de l’opérateur choisi et le respect de ses engagements à réaliser un complexe touristique et à ne pas convertir son projet très alléchant en « vulgaire » opération immobilière. On les aura prévenus !

A l’aube d’une nouvelle saison touristique, il aurait également été opportun de voir figurer à l’ordre du jour du Conseil Municipal, la fameuse charte d’embellissement de la Ville. Engagé depuis presqu’un an et thème de campagne de la majorité municipale, ce projet d’harmonisation des terrasses et de l’occupation du domaine public est toujours au point mort. Dommage de devoir passer un troisième été en gérant les situations, comme d’habitude, « au cas par cas » et d’offrir aux touristes l’image d’une station balnéaire où règne l’anarchie.

Toujours à propos de l’attractivité touristique, Le Cercle du Grau a voté favorablement à l’extension de la durée d’occupation du domaine public pour une base de jet-ski à l’entrée du Canal, ce qui permettra à cette entreprise locale d’investir pour proposer de nouvelles activités (parachute ascensionnel, bouée tractée…). Cependant, on regrettera que la saison touristique au Grau du Roi ne débute que le 1er mai. Pourquoi ne pas laisser la liberté aux concessions de plages et autres prestataires touristiques d’entamer leur activité dès le 1er avril ce qui leur permettrait de bénéficier des vacances de Pâques et des week-ends d’avant-saison, notamment lors des Nautiques de Port-Camargue ou des Graulinades ? Elargir la saison est l’une des meilleures solutions pour développer l’économie touristique de notre territoire sur-saturé en juillet et août. L’ouverture des plages privées dès le mois d’avril permettrait de générer de l’emploi durant six mois et surtout de ne pas se retrouver en concurrence directe avec nos voisins héraultais qui, eux, entament leur saison avec un mois d’avance.

Oui, l’opposition est peut-être « d’humeur chagrine », comme se plait à le souligner Monsieur le Maire, mais elle ne se fait que l’écho de la grande déception des habitants, du personnel communal et des acteurs économiques du Grau du Roi qui ne voient toujours pas de grandes ambitions se dessiner pour leur ville. La Majorité Municipale semble, quant à elle, d’humeur bien morose. Déjà lassée ?

Le 28 avril 2016

Let’s Grau : une bien jolie coquille vide !

moule

La nouvelle marque assortie de la nouvelle identité visuelle du Grau du Roi, présentée le 5 mars dernier, a déjà suscité beaucoup de réactions. Le choix de « Let’s Grau » gêne certains à cause de son anglicisme mais là n’est pas le principal problème. Monsieur le Maire a, peut-être, pêché par excès de zèle, voulant se rapprocher un peu plus de son mentor, Maire de Montpellier avec son « Montpellier Now » ou de l’ancien Président de l’Agglo de Montpellier avec son « Montpellier Unlimited » (qui lui a coûté cher dans tous les sens du terme). Oui, Le Grau du Roi veut jouer dans la cour des grands mais de là à justifier ce choix en se comparant avec « Nice & Smart », « So Toulouse », « Only Lyon »…, l’exercice est osé. Mais là aussi, passons, soyons ambitieux pour l’avenir de la station. Et c’est là que ce coup de com’ à 30 ou 40 milliers d’euros (seulement d’honoraires pour l’agence de communication) foire. Derrière cette accroche, « allons au Grau » (beaucoup moins glamour en français), quelle promesse est faite aux touristes ? 

Côté animations, le directeur de station a eu les honneurs de la presse régionale pour annoncer… RIEN. Le Grau du Roi devait accueillir l’Equipe de France de Football en préparation pré-Euro 2016, mais elle a préféré Biarritz. Le Grau du Roi devait organiser le Salon de la Glisse et de la Voile Légère mais « un problème de calendrier » a imposé de repousser cette manifestation à 2017. Alors quoi de nouveau sous le soleil en 2016 ?

Organiser une démonstration de wake-surf en marge du Festival International des Sports Extrêmes de Montpellier ? S’approprier le succès de l’Abrivado des Plages ou des Graulinades (événements installés depuis de nombreuses années) ? Pas grand chose de novateur pour ce spécialiste, dépeint par Monsieur le Maire lors de son recrutement comme un « avion » mais qui semble cruellement « en panne de carburant » et forcé de rester sur le « tarmac » du Camping de l’Espiguette dont il a pris la Direction, cumulant ainsi les deux postes (quant aux salaires…).

Jouant en double avec le Délégataire des Arènes (dont on pourrait presque croire qu’il fait partie des effectifs municipaux tant la proximité est grande et la mise à disposition de moyens de communication étonnante), la Mairie s’enorgueillit d’une « programmation exceptionnelle » pour l’été 2016 dans laquelle elle n’y est pour rien.

Alors à part quelques spectacles et trois feux d’artifices, la saison touristique s’annonce de la même couleur que celle des années précédentes. Où sont les deux nouveaux événements promis lors des Rencontres d’Automne, pour 2016 ?

Certes, la direction de station a eu fort à faire depuis 15 mois entre la mise en place de la marque et l’installation de l’office du tourisme à la Villa Parry. Mais toujours rien pour aller chercher les touristes en avant et après-saison pour éviter que Le Grau ne se meure de novembre à avril. Toujours rien en faveur des professionnels du tourisme qui peu à peu délaissent leur activité pour aller s’installer ailleurs ou pour les commerçants, ouverts à l’année, qui en arrivent à se demander s’ils ne feraient pas mieux de prendre de très longues vacances.

Les perspectives 2016 font état de de l’accueil d’un groupe allemand d’aviron, de deux séminaires de 250 personnes en juin et septembre et de la Fédération Féminine Chinoise pour des stages sportifs. Quelles actions sont menées en faveur des touristes individuels à qui on n’est toujours pas capables d’offrir une gamme de séjours packagés sur le site Internet de l’Office du Tourisme ?

Ce site, dont le Directeur de Station s’était allègrement moqué à son arrivée, prétendant que le nom de « Vacances en camargue.com » était médiocre en termes de marketing touristique puisqu’il n’indiquait pas le nom de la commune. Que va t’il nous offrir pour 80.000 € lors de sa refonte ? « Let’s Grau.com » ? Pourvu que ça ne tourne pas à « groland.com » !

Ne parlons même pas de la nouvelle façon d’accueillir les vacanciers (encore faudrait-il qu’ils sachent en amont ce que notre destination propose). Imaginez des conseillers en séjours, habillés aux couleurs de la marque, aller au devant des automobilistes coincés dans le rond-point de Montago ou au rond point de la gendarmerie, pour distribuer des prospectus à cheval ou à vélo. Accueil et bonne humeur garantis !

Alors, oui, une marque territoriale pourrait être une bonne chose pour la Commune à condition d’y mettre du contenu à l’intérieur. Mais pour l’instant, on ne fait que « repeindre la girafe » !

 Le 27 mars 2016

Rétrospective 2015 – Train à 1 €

Depuis la mise en place du dispositif du Train à 1€ en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ?
Cet article, publié le 2 décembre 2015, est à lire sur https://lecercledugrau.com/2015/12/02/pour-ou-contre-le-train-a-1-e/
train_ponsole.png

Rétrospective 2015 – Tourisme

Alors que l’ensemble du littoral français, et tout particulièrement celui de Méditerranée, semble avoir tiré son épingle du jeu en termes de fréquentation touristique cet été, au Grau du Roi, les résultats sont plutôt mitigés.

Cet article, publié le 1er septembre 2015, est à lire sur  https://lecercledugrau.com/dossiers/tourisme/activite-touristique-et-si-lequipe-municipale-se-mettait-enfin-au-boulot/tourisme.png

Rétrospective 2015 – Occupation du Domaine Public

Fixer des règles claires en matière d’occupation du domaine public semblerait être, à première vue, une intention louable de la part de la Municipalité. Mais faire d’un cas particulier, une généralité est devenu l’exercice préféré, et parfois très risqué, de l’équipe en place.

Cet article, publié le 2 décembre 2015, est à lire sur  https://lecercledugrau.com/dossiers/pour-lexemple/

bplage

Pour ou contre le Train à 1 € ?

La réponse n’est peut-être pas aussi manichéenne qu’il n’y paraît. Certes depuis la mise en place de ce dispositif en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ? Qui de la poule ou de l’oeuf est arrivé en premier ? Est-ce ce moyen de locomotion qui draine une population modeste vers notre station balnéaire ou bien est-ce que parce que notre cité maritime n’a pas les moyens d’attirer une clientèle plus aisée que le train à 1 € a trouvé un itinéraire de choix ?

Outre ses atouts naturels et patrimoniaux indéniables, Le Grau du Roi dispose d’une formidable richesse que peu de stations balnéaires en France peuvent revendiquer : celle de pouvoir arriver directement sur la plage en train. A quel moment, dans quelle communication, cet atout touristique a t’il un jour été mis en avant ? Dire que Le Grau du Roi est à moins de 4 heures de Paris ne constituerait-il pas un argument de marketing de poids ?

Aujourd’hui, il est désolant d’assister à un tel dévoiement de train qui sillonne l’un des parcours les plus beaux de la région. Traverser les salins, passer au pied des remparts d’Aigues-Mortes, apercevoir au loin le Château de Teilhan de Fanfonne Guillerme, longer les vergers du début des Costières…, un vrai luxe qui n’est malheureusement pas exploité.

Certaines communes du Languedoc-Roussillon ont compris l’intérêt du TER qui offre un déplacement sûr et évite les problèmes de sur-stationnement. A-t’on jamais entendu parlé de problèmes sur la ligne Perpignan-Collioure et de grogne de la population des stations desservies sur le littoral catalan ? Les commerçants de Sète se plaignent-ils d’incivilités dans les rues de la petite Venise régionale ?

Au Grau du Roi, on accuse ce dispositif de tous les maux : petite délinquance, clientèle pas très reluisante, baisse de la consommation… mais n’aurait-on pas renoncé depuis déjà de nombreuses années à attirer une clientèle « haut de gamme » ? Qu’a fait la Municipalité (l’ancienne et la nouvelle) pour inciter les acteurs du tourisme à proposer des prestations de qualité ? La multiplication des établissements de restauration rapide, l’invasion des rues piétonnes par des marchands du temple, l’absence de mesures incitatives pour améliorer l’aspect esthétique de notre cité maritime, une politique pas assez offensive pour favoriser l’installation d’établissements de qualité, les freins et les contraintes imposés aux commerçants installés à l’année… ont conduit à la dégradation de la fréquentation touristique et à l’arrivée de ces « mercenaires touristiques » qui offrent des prestations « bas de gamme » en faisant converger vers Le Grau du Roi, tous ceux qui n’ont pas les moyens d’aller ailleurs.

Alors oui, le train à 1€ participe à cette paupérisation et à l’afflux d’une clientèle non souhaitée, mais non, il n’en est pas la cause, juste la conséquence. Aux élus désormais en place, de rendre la ville plus attractive, en proposant des animations de qualité, en favorisant l’installation de commerces un peu plus haut de gamme, en incitant les résidents et les commerçants à embellir leurs façades et leurs pas de porte, en faisant appliquer les règles d’hygiène, de comportement et de respect élémentaires… et peut-être qu’une clientèle un plus soignée retrouvera le chemin du Grau en empruntant, pourquoi pas, « le train de la discorde » pour venir profiter de notre belle station balnéaire.

Train_Ponsole

Le 2 décembre 2015

Activité touristique, et si l’équipe municipale se mettait enfin au boulot ?

Alors que l’ensemble du littoral français, et tout particulièrement celui de Méditerranée, semble avoir tiré son épingle du jeu en terme de fréquentation touristique cet été, au Grau du Roi, les résultats sont plutôt mitigés.

Et pourtant, cette année, tous les éléments conjoncturels étaient réunis, quatre week-ends à rallonge en avant saison, un temps exceptionnel sans précipitations jusqu’au 15 août, une clientèle réticente à l’idée de quitter le territoire national. Et malgré ce, les touristes ont boudé notre station. Ou plutôt, non, ils sont venus, ils ont vu, ils sont « partus », euh non, pardon, ils sont partis !

Il serait peut-être temps pour l’équipe municipale de se poser les bonnes questions, avec en plus à sa tête une « pointure » ! « Un avion », comme le décrivait Monsieur le Maire lors de l’arrivée du directeur de station, tout droit descendu de ses montagnes enneigées. Mais depuis 8 mois, cela ressemble plutôt à un « avion sans aile » et pourtant pas sans kérosène puisque le budget de l’Office de Tourisme est passé de 550.000 à 1 million d’euros !

A quoi a donc servi cet argent ? A dédommager l’ex-directeur de l’office, démissionnaire mais qui, au final, a réussi à négocier son départ, laissant ses fonctions moyennant un chèque et une transaction lui permettant de faire valoir ses droits aux Assedic ? Mais là n’est pas le propos. A quoi a donc servi cet argent ?  A embaucher prochainement une assistante-attachée de presse pour le Directeur de station ? Un autre avion probablement qui risque aussi de rester sur le tarmac.

Depuis 17 mois que la nouvelle municipalité s’est installée aux affaires, rien n’a été fait pour rendre le territoire un peu plus attractif et soutenir l’activité économique touristique. Pas d’animations nouvelles, pas d’événements majeurs en avant ou après-saison, seulement 4 séjours packagés disponibles sur le site de l’Office du Tourisme. L’office devrait jouer pleinement un rôle de conseiller en séjours en proposant toute une gamme de bons plans clés en main et offrir une palette d’activités et d’animations, ciblées en fonction de notre clientèle que l’on sait avant tout familiale. Mais pour cela, il conviendrait de travailler en amont avec les professionnels du tourisme en offrant des séjours packagés comprenant hébergements, activités et visites. Mais non, rien, on continue à se lamenter sur un site Internet qui coûte cher (c’est comme acheter une Aston Martin et la laisser au garage parce qu’on n’a pas le permis !) encore faudrait-il avoir envie de le faire fonctionner et de savoir le référencer sur les moteurs de recherches, sur un « office qui ne sert à rien », selon les propos du Directeur de Station, alors que ce n’est pas un problème de motivation du personnel mais peut-être un problème de management. Et à la fin de la saison, on va venir nous dire que si la saison n’a pas été bonne, c’est parce qu’il aura fait trop chaud !

Cessons cette économie de cueillette qui a prévalu pendant de trop longues années au Grau du Roi. On se contente d’accueillir dans notre station ceux qui soit arrivent ici par hasard, soit n’ont pas trouvé moins cher ailleurs. Tout n’est pas qu’une question de pouvoir d’achat, sachons séduire les touristes en amont, sachons les accueillir (et pas en les matraquant dès leur arrivée par des tarifs de stationnement ou d’accès à la plage, prohibitifs), sachons les occuper (et pas avec deux feux d’artifices dans l’été et des toros-piscines un soir sur deux), et les touristes resteront, consommeront davantage et auront très certainement plaisir à revenir et à recommander notre cité balnéaire. C’est à ce prix que nous ferons monter en gamme la clientèle touristique et que l’économie touristique de notre ville en sera revigorée.

Une situation et un environnement exceptionnels, des prestataires touristiques de grande qualité prêts à aller de l’avant, c’est à la collectivité locale de prendre les choses en mains. Mais le choix d’une nouvelle agence de communication ou le changement d’un logo n’y suffiront pas.

le 1er septembre 2015