Débat d’orientation budgétaire 2017 : le non-événement !

panneaux-budgets

Chacun avait fourbi ses armes en vue du débat d’orientation budgétaire qui n’a pas eu lieu. Majorité et une partie de l’opposition sont restées campées sur leurs positions, enfermées dans leurs certitudes et leurs postures.

Et pourtant, il y avait des choses à dire. Même si une baisse globale des dépenses de fonctionnement (-0,005%, soit 1.000€ de moins entre 2016 et 2017) est prévue, les charges de personnel continuent, en revanche, de progresser avec +1,06%, soit 9,360 millions d’euros. On nous avait annoncé qu’une restructuration des services en vue de leur optimisation était en cours, que la Mairie aurait moins recours à des prestataires extérieurs, que les départs en retraite ne seraient pas systématiquement remplacés… Rien ne laisse présager à la lecture des orientations budgétaires pour 2017 que ces bonnes résolutions aient déjà été appliquées.

Malgré le développement du stationnement payant, estimé à 225.000 € et un meilleur recouvrement de la taxe de séjour (+100.000 €), les recettes de fonctionnement seront en baisse de 2,75%, soit un manque à gagner pour la Commune de 700.000 €, avec au passage une augmentation de 0,14% de la ligne impôts et taxes !

Heureusement que la Municipalité pourra enfin compter en 2017 sur la vente du Village de Vacances, les anciens locaux de l’Office du Tourisme et des anciennes Ecoles pour « gonfler » son budget recettes en investissements (6 millions d’euros). En revanche, la Municipalité semble très réservée quant à la cession de l’ancien Hôtel de Ville puisque le produit de la vente n’est pas encore porté sur le budget 2017 alors que le compromis est, à priori, signé.

Même si certaines charges de fonctionnement semblent être désormais mieux appréhendées, le budget 2017 manque, lui, sérieusement d’ambition et d’envergure, et ce pour la 3ème année consécutive.

Où sont passés les grands projets d’aménagement et les grands événements qui devaient permettre au Grau du Roi de rayonner ? Chaque année, Hisser Haut réduit la voilure de ses ambitions préférant laisser l’initiative aux structures para-municipales (Seaquarium, SEM Le Grau du Roi Développement, Régie du Port de Port-Camargue) pour assurer le développement de la station.

Le 8 mars 2017

Conseil Municipal : les limites de la transparence

ecoute-implication-respect-51440a5c

Au risque de se répéter, la séance du dernier Conseil Municipal (30 novembre 2016) n’a toujours pas porté sur les « fonds municipaux » les sujets majeurs pour Le Grau du Roi :

–          Quelques conventions d’occupation du domaine public pour des opérateurs de téléphonie mobile où l’on constate des écarts significatifs de loyer : « mais ma bonne dame, on n’a pas de marge de manœuvre dans la négociation. On ne pas peut pas priver la Commune de tel ou tel opérateur ». Que dirait-on de commerçants qui détermineraient, eux-mêmes, le montant de la redevance pour leur terrasse ? Accepterait-on une gestion au cas par cas ?

–          Quelques conventions incontournables et déjà effectives de mise à disposition des locaux pour les activités périscolaires avec les écoles du Grau du Roi. A part, l’intérêt pour Madame l’Adjointe au Maire déléguée à la Cohésion Sociale, à l’Éducation et à la Jeunesse de faire sa page de lecture mensuelle, ces sujets ne mériteraient pas de mobiliser l’attention de 29 conseillers municipaux, d’autant que la plupart du temps les conventions sur lesquelles le Conseil Municipal est appelé à se prononcer ne sont que des documents de travail loin d’être finalisés. Une simple délibération de Monsieur le Maire suffirait amplement, ce dernier prenant déjà des libertés de signature et de décision sur des sujets autrement plus importants pour la Commune.

Quand on aborde les points financiers, là c’est Holiday On Ice, ça patine dans tous les sens ! Des jeux d’écriture entre le budget principal et les budgets annexes, avec pour seules explications : « c’est compliqué à expliquer ».  A la question « Pourquoi une augmentation des frais de personnels ? », une réponse laconique « parce qu’on ne l’avait pas prévue dans le budget initial » (sic). Vu que c’est difficile à expliquer et donc à appréhender, on comprend mieux pourquoi les élus de la majorité votent sans s’interroger sur le bien fondé des questions…

Alors pour essayer d’élever un peu le débat, il reste pour l’Opposition, les questions écrites lues par Monsieur le Maire qui les reformule précautionneusement, évitant sagement les sujets qui fâchent.

En effet, lors de ce dernier Conseil Municipal, le Cercle du Grau a demandé où en était la charte d’embellissement entamée par la Commune depuis l’automne 2015, rappelant que l’importance de ce dossier pour les commerces du centre ville qui souffrent de plus en plus. Caviardant notre question, Monsieur le Maire a éludé en précisant qu’il ne pouvait pas donner de calendrier précis, que de nombreux intervenants allaient se pencher sur la question dans sa globalité mais que le règlement d’occupation du domaine public serait désormais appliqué. On n’en attendait pas moins mais on n’en saura pas plus !

Dommage que cette volonté de transparence et de concertation de la part de la Municipalité ne soit que pur affichage. Respecter l’Opposition, c’est avant tout l’écouter.

Le 1er décembre 2016

Chambre Régionale des Comptes : le rapport qui fait pschittt !!!

crc

Cela devait être un tsunami, un cataclysme, on allait voir ce qu’on allait voir, mais la restitution du  Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la période 2010-2014 lors du Conseil Municipal du 28 septembre dernier a été juste une petite pluie d’automne, mouillant à peine les élus de l’ancienne majorité.

Après une synthèse laconique de ce rapport par  Monsieur le Maire qui a ainsi pu justifier de l’augmentation des impôts de la Commune et de la vente parfois inopinée du patrimoine municipal, les élus de l’opposition directement concernés par la période observée, ont esquivé les réprimandes et autres recommandations de la Chambre Régionale des Comptes en arguant du fait qu’ils « n’avaient pas eu les temps de rectifier le tir », que « les modes de calcul avaient changé » ou que « s’ils avaient été auditionnés par le Magistrat de la CRC, ils auraient pu s’expliquer »

Bref, un échange de douces banalités et de justifications technico-pathétiques entre ancienne et nouvelle majorité qui semblent avoir signé un pacte de non-agression réciproque sur ce sujet comme sur d’autres…

Peu ou pas d’explication sur les dépenses qui ont progressé de 2010 à 2014, plus de deux fois plus vite que les recettes, laissant 47,8 millions d’euros de dettes à fin 2014, dont 11 millions d’euros pour le Nouvel Hôtel de Ville. Rien non plus de la part de ceux qui étaient aux affaires durant la période contrôlée sur la durée annuelle du temps de travail des agents inférieure aux obligations légales ou sur le coût d’absentéisme s’élevant à 625.000 € rien que sur l’année 2014… Et puis il y a aussi ce passage sur la mise en délégation de service public des arènes dont le montant du loyer annuel de 10.000 € ne semble pas adapté. Rien, pas un mot.

Mais on sait que les recommandations prononcées par la Chambre Régionale des Comptes ne sont que consultatives. Une mise en garde sans bâton n’impressionne personne. Ce rapport de 66 pages que nous vous proposons de consulter sur le blog le Cercle du Grau  (2016-crc-rapport-2010_2014) n’aura été que le prétexte à quelques joutes verbales sans saveur et sans argument entre l’ancienne et la nouvelle équipe municipale.

Il serait peut-être temps de passer à autre chose. Le Grau du Roi mérite bien mieux que cette partie de ping-pong qui se joue depuis deux ans et demie et où personne ne marquera le point.

Le 3 octobre 2016