Le CCAS ou la citadelle imprenable

En fin de séance du Conseil Municipal du 29 novembre 2017, refusant de lire, comme cependant le Règlement le prévoit, la question écrite (lire la question) du Cercle du Grau à propos des effectifs et des problèmes d’encadrement récurrents au CCAS, Monsieur le Maire a tenté, désespérément, de justifier une gestion incontrôlée et désormais incontrôlable.

Depuis 2014, le CCAS a vu ses effectifs progresser de plus de 26%, (hors ATSEM et accompagnants comptabilisés dans les effectifs municipaux mais placés sous l’autorité de la Directrice du CCAS). La mise à l’écart de certains cadres et un turn-over très important des personnels conduisent à une situation organisationnelle et sociale particulièrement dégradée au sein du CCAS, préjudiciable au bon fonctionnement de cette structure devenue un état dans l’état.

Préférant déplacer le débat sur l’incident survenu le 9 novembre dernier à propos d’un petit garçon, « oublié » dans le bus de ramassage scolaire, triste illustration des dysfonctionnements constatés depuis longtemps dans les services du CCAS, ni Monsieur le Maire, ni son Adjointe à la Cohésion Sociale, à l’Éducation et à la Jeunesse n’ont voulu s’expliquer sur les effectifs pléthoriques et la désorganisation de ce service.

Un audit social au printemps 2016 relevait déjà des procédures de gestion du personnel opaques, des missions floues, un climat autoritaire et rigide de la part des responsables de services, « des propos insoutenables, des humiliations devant les collègues, des brimades, des critiques injustifiées et des mises à l’écart »… Déjà en 2016, les agents interrogés déploraient que « le CCAS est ressenti comme une entité autonome ne dépendant même pas du Directeur Général des Services et que le fort taux de renouvellement des personnels est préjudiciable pour les enfants ».

Monsieur le Maire, est-ce faire de la politique que d’essayer d’apporter des solutions quand des employés parlent, eux-mêmes, de « danger psychologique » et quand des incidents tels que celui cité plus haut sont constatés ?

Le Cercle du Grau propose, dans un premier temps, que le service « petite enfance » soit réaffecté dans les services municipaux sous l’autorité de la Direction Générale des Services et que le service « Scolarité » soit renforcé (1 agent à mi-temps contre 4 en 2015). En accord, avec l’Education Nationale, il conviendrait également de procéder à un appel l’après-midi dans les classes maternelles afin de signaler toute absence, notamment celle des enfants empruntant le bus scolaire à la pause déjeuner. Cette nouvelle organisation ne pourrait-elle d’ailleurs pas être également placée sous la responsabilité d’un autre élu ?

Le Cercle du Grau acceptera bien volontiers l’invitation à siéger à la prochaine Commission mais s’étonne que ni l’opposition municipale, étonnamment muette, ni la majorité, malgré tout divisée sur le sujet, ne semblent vouloir attaquer cette « citadelle imprenable ».

CCAS_blog

Le 3 décembre 2017

2 commentaires sur “Le CCAS ou la citadelle imprenable

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s