Rétrospective 2015 – Train à 1 €

Depuis la mise en place du dispositif du Train à 1€ en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ?
Cet article, publié le 2 décembre 2015, est à lire sur https://lecercledugrau.com/2015/12/02/pour-ou-contre-le-train-a-1-e/
train_ponsole.png

Pour l’exemple !

restaurant de plage

Fixer des règles claires en matière d’occupation du domaine public semblerait être, à première vue, une intention louable de la part de la Municipalité. Mais faire d’un cas particulier, une généralité est devenu l’exercice préféré, et parfois très risqué, de l’équipe en place.

Ainsi, la Mairie « s’attaque » désormais aux établissements commerciaux situés en haut de plage au Boucanet. Enfin surtout à un d’entre eux ! Dans sa ligne de mire, une exploitation commerciale ouverte à l’année, dont la qualité n’est plus à démontrer, à qui Monsieur le Maire s’apprête à imposer une majoration de 357 % sur le loyer annuel et à réduire le bail emphytéotique d’une durée de 30 ans, dont elle bénéficiait jusqu’à présent, à une convention de 5 ans « révocable et précaire ».

Curieux procédé pour inciter les professionnels du tourisme à investir sur la commune et dans leur outil de travail afin d’améliorer le niveau de leurs prestations. Encore plus pernicieux : vouloir « tenir de court » certains commerçants en brandissant au-dessus de leur tête « l’épée de la convention révocable ». La politique d’occupation du domaine public oscille donc entre copinage et intimidation.

Mais passons, puisqu’il s’agit d’une « mise en conformité » (dont on n’a d’ailleurs pas bien saisi les contours juridiques), cette nouvelle convention survenant après moult péripéties juridiques entre l’ancienne et la nouvelle municipalité et cet établissement. Désormais une autre question se pose : les deux autres établissements de la plage du Boucanet vont-ils être soumis au même régime et voir également leur loyer s’envoler ? Au-delà de cette simple question, c’est l’ensemble de la politique de l’occupation du domaine public qui mériterait d’être harmonisée : les terrasses, les pontons commerciaux sur le canal, la place du marché…

Là aussi, on risque de rire… jaune !

Le 2 décembre 2015

Pour ou contre le Train à 1 € ?

La réponse n’est peut-être pas aussi manichéenne qu’il n’y paraît. Certes depuis la mise en place de ce dispositif en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ? Qui de la poule ou de l’oeuf est arrivé en premier ? Est-ce ce moyen de locomotion qui draine une population modeste vers notre station balnéaire ou bien est-ce que parce que notre cité maritime n’a pas les moyens d’attirer une clientèle plus aisée que le train à 1 € a trouvé un itinéraire de choix ?

Outre ses atouts naturels et patrimoniaux indéniables, Le Grau du Roi dispose d’une formidable richesse que peu de stations balnéaires en France peuvent revendiquer : celle de pouvoir arriver directement sur la plage en train. A quel moment, dans quelle communication, cet atout touristique a t’il un jour été mis en avant ? Dire que Le Grau du Roi est à moins de 4 heures de Paris ne constituerait-il pas un argument de marketing de poids ?

Aujourd’hui, il est désolant d’assister à un tel dévoiement de train qui sillonne l’un des parcours les plus beaux de la région. Traverser les salins, passer au pied des remparts d’Aigues-Mortes, apercevoir au loin le Château de Teilhan de Fanfonne Guillerme, longer les vergers du début des Costières…, un vrai luxe qui n’est malheureusement pas exploité.

Certaines communes du Languedoc-Roussillon ont compris l’intérêt du TER qui offre un déplacement sûr et évite les problèmes de sur-stationnement. A-t’on jamais entendu parlé de problèmes sur la ligne Perpignan-Collioure et de grogne de la population des stations desservies sur le littoral catalan ? Les commerçants de Sète se plaignent-ils d’incivilités dans les rues de la petite Venise régionale ?

Au Grau du Roi, on accuse ce dispositif de tous les maux : petite délinquance, clientèle pas très reluisante, baisse de la consommation… mais n’aurait-on pas renoncé depuis déjà de nombreuses années à attirer une clientèle « haut de gamme » ? Qu’a fait la Municipalité (l’ancienne et la nouvelle) pour inciter les acteurs du tourisme à proposer des prestations de qualité ? La multiplication des établissements de restauration rapide, l’invasion des rues piétonnes par des marchands du temple, l’absence de mesures incitatives pour améliorer l’aspect esthétique de notre cité maritime, une politique pas assez offensive pour favoriser l’installation d’établissements de qualité, les freins et les contraintes imposés aux commerçants installés à l’année… ont conduit à la dégradation de la fréquentation touristique et à l’arrivée de ces « mercenaires touristiques » qui offrent des prestations « bas de gamme » en faisant converger vers Le Grau du Roi, tous ceux qui n’ont pas les moyens d’aller ailleurs.

Alors oui, le train à 1€ participe à cette paupérisation et à l’afflux d’une clientèle non souhaitée, mais non, il n’en est pas la cause, juste la conséquence. Aux élus désormais en place, de rendre la ville plus attractive, en proposant des animations de qualité, en favorisant l’installation de commerces un peu plus haut de gamme, en incitant les résidents et les commerçants à embellir leurs façades et leurs pas de porte, en faisant appliquer les règles d’hygiène, de comportement et de respect élémentaires… et peut-être qu’une clientèle un plus soignée retrouvera le chemin du Grau en empruntant, pourquoi pas, « le train de la discorde » pour venir profiter de notre belle station balnéaire.

Train_Ponsole

Le 2 décembre 2015

Activité touristique, et si l’équipe municipale se mettait enfin au boulot ?

Alors que l’ensemble du littoral français, et tout particulièrement celui de Méditerranée, semble avoir tiré son épingle du jeu en terme de fréquentation touristique cet été, au Grau du Roi, les résultats sont plutôt mitigés.

Et pourtant, cette année, tous les éléments conjoncturels étaient réunis, quatre week-ends à rallonge en avant saison, un temps exceptionnel sans précipitations jusqu’au 15 août, une clientèle réticente à l’idée de quitter le territoire national. Et malgré ce, les touristes ont boudé notre station. Ou plutôt, non, ils sont venus, ils ont vu, ils sont « partus », euh non, pardon, ils sont partis !

Il serait peut-être temps pour l’équipe municipale de se poser les bonnes questions, avec en plus à sa tête une « pointure » ! « Un avion », comme le décrivait Monsieur le Maire lors de l’arrivée du directeur de station, tout droit descendu de ses montagnes enneigées. Mais depuis 8 mois, cela ressemble plutôt à un « avion sans aile » et pourtant pas sans kérosène puisque le budget de l’Office de Tourisme est passé de 550.000 à 1 million d’euros !

A quoi a donc servi cet argent ? A dédommager l’ex-directeur de l’office, démissionnaire mais qui, au final, a réussi à négocier son départ, laissant ses fonctions moyennant un chèque et une transaction lui permettant de faire valoir ses droits aux Assedic ? Mais là n’est pas le propos. A quoi a donc servi cet argent ?  A embaucher prochainement une assistante-attachée de presse pour le Directeur de station ? Un autre avion probablement qui risque aussi de rester sur le tarmac.

Depuis 17 mois que la nouvelle municipalité s’est installée aux affaires, rien n’a été fait pour rendre le territoire un peu plus attractif et soutenir l’activité économique touristique. Pas d’animations nouvelles, pas d’événements majeurs en avant ou après-saison, seulement 4 séjours packagés disponibles sur le site de l’Office du Tourisme. L’office devrait jouer pleinement un rôle de conseiller en séjours en proposant toute une gamme de bons plans clés en main et offrir une palette d’activités et d’animations, ciblées en fonction de notre clientèle que l’on sait avant tout familiale. Mais pour cela, il conviendrait de travailler en amont avec les professionnels du tourisme en offrant des séjours packagés comprenant hébergements, activités et visites. Mais non, rien, on continue à se lamenter sur un site Internet qui coûte cher (c’est comme acheter une Aston Martin et la laisser au garage parce qu’on n’a pas le permis !) encore faudrait-il avoir envie de le faire fonctionner et de savoir le référencer sur les moteurs de recherches, sur un « office qui ne sert à rien », selon les propos du Directeur de Station, alors que ce n’est pas un problème de motivation du personnel mais peut-être un problème de management. Et à la fin de la saison, on va venir nous dire que si la saison n’a pas été bonne, c’est parce qu’il aura fait trop chaud !

Cessons cette économie de cueillette qui a prévalu pendant de trop longues années au Grau du Roi. On se contente d’accueillir dans notre station ceux qui soit arrivent ici par hasard, soit n’ont pas trouvé moins cher ailleurs. Tout n’est pas qu’une question de pouvoir d’achat, sachons séduire les touristes en amont, sachons les accueillir (et pas en les matraquant dès leur arrivée par des tarifs de stationnement ou d’accès à la plage, prohibitifs), sachons les occuper (et pas avec deux feux d’artifices dans l’été et des toros-piscines un soir sur deux), et les touristes resteront, consommeront davantage et auront très certainement plaisir à revenir et à recommander notre cité balnéaire. C’est à ce prix que nous ferons monter en gamme la clientèle touristique et que l’économie touristique de notre ville en sera revigorée.

Une situation et un environnement exceptionnels, des prestataires touristiques de grande qualité prêts à aller de l’avant, c’est à la collectivité locale de prendre les choses en mains. Mais le choix d’une nouvelle agence de communication ou le changement d’un logo n’y suffiront pas.

le 1er septembre 2015