Logements des Orchidées : attribution à la tête du client

orchidees5

La déception est grande chez les primo-accédants qui avaient vu dans le projet immobilier des Orchidées, porté par la Mairie du Grau du Roi et l’association Un Toit pour Tous, la chance de pouvoir enfin s’installer durablement sur la commune. C’était sans compter, d’une part, sur la frilosité des banques pour accompagner ces futurs propriétaires dans leur acquisition et, d’autre part, (et c’est plus grave) sur l’opacité des conditions pour être éligibles.

Piloté par le CCAS, dont le pouvoir absolu sur la vie de la commune s’étend de jour en jour, ce comité de sélection vient de refuser l’accès à la propriété à de nombreuses familles, pourtant domiciliées, travaillant au Grau du Roi et bénéficiant par-dessus tout de l’accord de leur organisme bancaire pour acquérir une villa. L’incompréhension est totale et la colère commence à gronder concernant cette commission.

Aussi, le Cercle du Grau souhaiterait que soient clairement et impartialement affichés les critères d’attribution pour prétendre à devenir propriétaire d’un de ces logements.

Le 8 mars 2017

Programme immobilier des Orchidées : un souffle nouveau ou un vent de fronde ?

\ServeurprojetsA_ Projets12-02 Grau du roiDessin120416-des

 « Un souffle nouveau sur l’habitat social », tel est le slogan d’un « Un toit pour tous », premier acteur privé du logement social en région chargé de la réalisation du programme des Orchidées au Grau du Roi. Plus qu’un souffle, c’est une sacrée tempête qui risque de s’abattre sur ce futur programme immobilier de 120 unités. Où est donc la vocation sociale de ce projet qui affiche des logements à 3000 € le mètre carré en moyenne ?  

Annoncé comme un programme immobilier destiné à des primos-accédants, les parents devront revoir le montant des étrennes qu’ils vont offrir à leurs enfants cette année ! Une famille avec un enfant dont les deux parents perçoivent un salaire moyen (environ 3000 € à deux) ont été déjà éconduits par les organismes financeurs car ils n’apportaient pas les garanties suffisantes à l’obtention d’un prêt. 
 
De jeunes Graulens, qui par manque de logement ont dû « s’exiler » à Aigues-Mortes ou à Saint Laurent se voient écartés pour l’obtention d’un logement en location ou en accession au prétexte qu’ils ne résident pas sur la commune. Puisque on n’habite pas au Grau (dans la plupart des cas pour des raisons économiques), on n’est pas prioritaire sur la liste ! C’est donc le principe de la double-peine qui s’applique. Il serait grand temps que la Commission Ad Hoc d’attribution de logements se réunisse pour présenter et étudier les candidatures. 
 
Mais sommes-nous vraiment étonnés de cette opacité de plus dans un dossier encore géré par le CCAS !
Le 23 novembre 2016

Rétrospective 2015 – Programme des Orchidées et Collège d’Alzon

La parcelle sur laquelle repose le projet actuel de construction du Collège d’Alzon a été rendue inconstructible par le PPRI pour risque grave d’inondation en octobre 2013.(…) Bâtis dans une zone d’expansion de crue, les 120 logements du Programme des Orchidées pourraient un jour avoir les pieds dans l’eau.

Ce dossier, publié le 2 novembre 2015, est à lire sur : https://lecercledugrau.com/dossiers/urbanisme/programme-des-orchidees-et-college-dalzon-des-projets-juges-desormais-moins-risques/

alzon2

 

Programme des Orchidées et Collège d’Alzon, des projets jugés désormais moins risqués ?

College d'Alzon

Suite aux multiples obstructions de Monsieur le Maire, alors conseiller municipal d’opposition socialiste, le programme immobilier des Orchidées, empaillé depuis 2006, a enfin débuté. Réjouissons-nous d’entendre enfin résonner les premiers coups de pelleteuses au Boucanet et oublions très vite la faune détruite sur le site mais replantée ailleurs, l’opportunité du choix de ce lieu en entrée de ville et en lisière d’une pinède classée, et surtout, ne nous soucions plus des risques d’inondation avérés ou supposés.

Bâtis dans une zone d’expansion de crue, ces 120 logements pourraient un jour avoir les pieds dans l’eau mais les pouvoirs publics ont tout prévu : des constructions sur pilotis devraient faire l’affaire et étancher le flot des mises en garde des oiseaux de mauvaise augure. Soit ! Mais là où les élus ne doivent plus jouer à « Risk » en déplaçant les traits de la limite des zones inondables lors de l’élaboration des PPRI (Plan de Prévention de Risques d’Inondation), c’est lorsqu’il s’agit de nos enfants.
 
La parcelle sur laquelle repose le projet actuel de construction du Collège d’Alzon a été rendue inconstructible par le PPRI pour risque grave d’inondation en octobre 2013. « Le secteur du Boucanet est lui plus exposé. L’orientation du trait de côte est moins favorable » (extraits P.29 du Rapport de Présentation du Grau du Roi sur le Plan de Prévention des Risques d’Inondation émanant de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer). Ce n’est pas uniquement l’absence de cordon dunaire qui rend la parcelle inconstructible, même si cela en augmente considérablement le risque. C’est le niveau du terrain naturel qui soumet  cette parcelle à un risque potentiel de submersion par plus d’1 mètre d’eau. Cette zone à risque est bien qualifiée de zone de danger par le PPRI.
 
Ce n’est pas de politique dont on parle mais de simple bon sens, comment avoir eu l’audace d’accorder le 11 septembre 2013, un mois avant la publication de ce rapport, un permis de construire au futur collège privé du Grau du Roi dans une telle zone ? L’actuel Maire du Grau, alors conseiller municipal d’opposition, avait bien avancé une alternative à ce projet à risques en proposant une construction plus haute en lieu et place des locaux de la colonie de vacances, L’Espoir, qui abrite déjà les locaux du collège, sur une zone hors de danger car située sur une parcelle d’aléa modérée. La démolition ainsi que la reconstruction du bâtiment,  permettant de surélever le plancher, auraient garanti la sécurité des collégiens en cas de submersion marine.
 

Alors pourquoi, aujourd’hui parvenu aux commandes de la ville, Monsieur le Maire ne s’oppose t’il plus à ce projet ubuesque et dangereux ? En 2008, la Mairie du Grau du Roi avait accordé sa caution à hauteur de 50% du capital emprunté par le G.I.E pour l’achat et la construction de ce nouveau bâtiment. Sept ans après, la nouvelle Municipalité aurait-elle signé à nouveau une garantie d’emprunt  en application des Délibérations du Conseil Municipal de 2008 ? Peu probable car la validité des garanties d’emprunt est soumise à des délais d’exécution. Mais, le Collège pourrait bientôt solliciter la commune pour une nouvelle garantie d’autant que le Conseil Général du Gard semble avoir « décliné l’invitation »Et là, on verra bien si le projet du Collège d’Alzon, tout comme celui des Orchidées (tant décriés par le groupe d’opposition de l’époque), sont devenus moins dangereux une fois dans la majorité.

151101_ObjectifGard
Objectif Gard – Le 1er novembre 2015

Le 2 novembre 2015