Conseil Municipal : électro-encéphalogramme plat !

130919_e73lx_encephalogramme-plat_sn635

Depuis quelques mois, les séances du Conseil Municipal se suivent et se ressemblent. Les sujets portés à l’ordre du jour du 25 octobre 2016 ne reflètent pas le dynamisme qui devrait être celui d’une équipe municipale à la tête d’une commune comme Le Grau du Roi.

Quand on en est à compter quelques arpents de voirie, à valider l’indemnité éventuelle de logement d’un instituteur qui pourrait hypothétiquement être amené à remplacer un professeur des écoles (car oui, on l’a appris, il existerait une espèce en voie de disparition, les instituteurs sont désormais remplacés par des professeurs des écoles !), bref quand on réunit 29 conseillers municipaux pour débattre de ces sujets « capitaux », c’est que soit, la gestion municipale est proche de l’ électro-encéphalogramme plat, soit que les sujets majeurs sont débattus ailleurs. Mais où ? Certainement pas en Commission Tourisme et Développement Economique qui s’est réunie pour la dernière fois au mois de mai, ni dans celle dédiée à l’Urbanisme qui depuis le mois de juin n’a pas été convoquée.

Et pourtant en termes d’urbanisme, ce ne sont pas les sujets qui manquent en ce moment. Où en est-on de la vente des anciennes Ecoles, de l’ancien Office du Tourisme, de l’ancien Hôtel de Ville (oui, tout semble « ancien » et figé dans notre commune aujourd’hui !) et de la Résidence de Camargue ? Non, rien. Pas d’information, pas de décision : électro-encéphalogramme plat !

Ne parlons pas du CCAS que Monsieur le Maire a délibérément abandonné. Cette structure municipale, devient chaque jour un peu plus « un état dans l’état » ; voit ses subventions augmenter de manière démesurée avec des justifications nébuleuses sur la manière dont sont utilisés les fonds publics ; voit ses prérogatives et son pouvoir prendre de plus en plus d’ampleur sur la vie des Graulens, des jeunes et des aînés. Le CCAS est en train d’oublier son rôle social pour devenir une machine politique financière et idéologique (sa responsable ayant d’ailleurs proclamé « il faut politiser la jeunesse graulenne ! »).

« Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes » nous assure notre Pangloss local ! Mais qu’en est-il de l’audit social confié à une stagiaire alors que l’on sait que les arrêts maladie se multiplient et que les soucis de mal-être au travail persistent au sein de cette structure ? Le Cercle du Grau qui a déjà soulevé ces problèmes en avril dernier, restera vigilant sur ces situations anormales.

Au regard de ces sujets de première importance qui ne sont plus abordés en Conseil Municipal, que penser du vote de deux subventions de 14.700 € chacune (un montant doublé par la Communauté de Communes Terre de Camargue) à l’association d’aviron et à celle du kayak du Grau du Roi ? Si on peut se réjouir des performances de leurs adhérents et de leur participation « active » à la vie locale, on peut cependant s’étonner que d’autres associations sportives, tout aussi impliquées dans la vie locale et toute aussi performantes et avec un nombre d’adhérents supérieur, ne perçoivent, elles, qu’entre 5 et 7000€ annuels de la part de la Commune.

Décidément, la gestion et l’avenir de la Ville se décident pas en séances du Conseil Municipal. Encore un coup porté à la démocratie participative !

Le 27 octobre 2016

Pour une « poignée » d’euros : vente de l’ancien Hôtel de Ville

Dans le cadre de la vente du patrimoine municipal pour laquelle Monsieur le Maire a fait adopter une délibération globale(*) lors du Conseil Municipal du 28 janvier 2015 lui permettant « de faire toutes les diligences nécessaires pour aboutir à l’aliénation de ces immeubles de gré à gré », il est un bien pour lequel la question mérite d’être plus largement débattue.

Lors de la dernière Commission Urbanisme et Développement Durable du 14 juin 2016, ont été présentées 7 offres d’achat pour l’ancien Hôtel Ville. En emplacement exceptionnel, on pouvait s’attendre à des projets exceptionnels. Las ! Des commerces (plus ou moins haut de gamme) et des appartements (plus ou moins de standing). La pierre n’est pas à jeter à ces investisseurs mais plutôt à la Majorité Municipale qui, sans projet, se laisse séduire par une « poignée d’euros » au prétexte de renflouer les caisses ! Si seulement…

La vente de ce bien immobilier, situé sur un axe stratégique de notre cité, devrait faire l’objet d’une réflexion en amont et pourquoi pas d’une consultation de la population. Le projet de l’acquéreur qui sera choisi aura une incidence directe sur la vie du Grau du Roi en termes urbain, esthétique mais aussi touristique et donc économique.

Aussi avant de procéder à la vente de ce bien immobilier d’une superficie au sol de 245m2, Le Cercle du Grau propose que les Graulens s’expriment sur la future destination de cet espace et qu’une étude, portant sur un périmètre entre la Place du Marché, la rue Rédarès et le Canal, soit lancée au plus vite.

hoteldeville

(*) ancien Hôtel de Ville, anciennes écoles, Office de Tourisme, Résidence de Camargue, Village de Vacances.

Le 15 juin 2016