Quand ça part mal…

Communauté de Communes Terres de Camargue

Sans vouloir refaire l’histoire sur les conditions d’élection rocambolesques du Président de la Communauté de Communes Terre de Camargue (CCTC) en 2014, Le Cercle du Grau s’inquiète aujourd’hui des dérives politiciennes qui impactent sérieusement le fonctionnement de la Communauté de Communes.

Favorable sur le transfert des compétences tourisme à la Commune dans le cadre de la loi NOTRe, vu l’importance de ce secteur économique pour notre station balnéaire, Le Cercle du Grau a préféré s’abstenir sur la modification des statuts présentés lors du dernier Conseil Municipal, prévoyant notamment le transfert de la compétence « éclairage public », initialement du ressort de la CCTC.

Pourquoi l’abstention ? Parce que Le Cercle du Grau a le sentiment que les ambitions personnelles de certains élus de la CCTC conduisent à ce « détricotage » des règles communautaires établies au départ. La CCTC semble devenir la base-arrière politique de candidats battus aux dernières élections municipales du Grau du Roi qui s’opposent désormais systématiquement aux transferts de compétences vers la Ville. Il s’agit pour eux de conserver un semblant de pouvoir dans ce bastion imaginé imprenable.

Le 1er novembre 2017

Monsieur le Maire a raté « la marche » !

Avec un peu de sens et de courage politiques, Monsieur le Maire s’était déclaré soutien du nouveau Président dès le mois de janvier, allant à l’encontre de sa majorité socialiste au Conseil Municipal. Candidat « malheureux » à l’investiture pour les Législatives, il n’aurait certainement pas renoncé aux dorures de l’Assemblée Nationale à cause de la signature de la charte Anticor ni de sa volonté farouche de n’être que Maire à plein temps.

Monsieur le Maire qui s’affiche désormais ouvertement « ni de droite ni de gauche », s’est donc fait prendre en otage par son groupe socialiste dont l’influence est inversement proportionnelle aux résultats du 1er tour de l’élection présidentielle (3,39 % au Grau du Roi).

Au-delà d’une probable implosion de la majorité municipale dont les dissensions ne cessent de croître, cette assemblée n’est aujourd’hui plus représentative des suffrages  exprimés en mars 2014.

N’ayant pas attendu que le vent souffle de Paris, Le Cercle du Grau offre depuis déjà deux ans cette troisième voie en poursuivant son travail, simplement animé par la volonté de bien faire et la préservation des intérêts du Grau du Roi.

Le 17 mai 2017