Logements des Orchidées : attribution à la tête du client

orchidees5

La déception est grande chez les primo-accédants qui avaient vu dans le projet immobilier des Orchidées, porté par la Mairie du Grau du Roi et l’association Un Toit pour Tous, la chance de pouvoir enfin s’installer durablement sur la commune. C’était sans compter, d’une part, sur la frilosité des banques pour accompagner ces futurs propriétaires dans leur acquisition et, d’autre part, (et c’est plus grave) sur l’opacité des conditions pour être éligibles.

Piloté par le CCAS, dont le pouvoir absolu sur la vie de la commune s’étend de jour en jour, ce comité de sélection vient de refuser l’accès à la propriété à de nombreuses familles, pourtant domiciliées, travaillant au Grau du Roi et bénéficiant par-dessus tout de l’accord de leur organisme bancaire pour acquérir une villa. L’incompréhension est totale et la colère commence à gronder concernant cette commission.

Aussi, le Cercle du Grau souhaiterait que soient clairement et impartialement affichés les critères d’attribution pour prétendre à devenir propriétaire d’un de ces logements.

Le 8 mars 2017

Programme immobilier des Orchidées : un souffle nouveau ou un vent de fronde ?

\ServeurprojetsA_ Projets12-02 Grau du roiDessin120416-des

 « Un souffle nouveau sur l’habitat social », tel est le slogan d’un « Un toit pour tous », premier acteur privé du logement social en région chargé de la réalisation du programme des Orchidées au Grau du Roi. Plus qu’un souffle, c’est une sacrée tempête qui risque de s’abattre sur ce futur programme immobilier de 120 unités. Où est donc la vocation sociale de ce projet qui affiche des logements à 3000 € le mètre carré en moyenne ?  

Annoncé comme un programme immobilier destiné à des primos-accédants, les parents devront revoir le montant des étrennes qu’ils vont offrir à leurs enfants cette année ! Une famille avec un enfant dont les deux parents perçoivent un salaire moyen (environ 3000 € à deux) ont été déjà éconduits par les organismes financeurs car ils n’apportaient pas les garanties suffisantes à l’obtention d’un prêt. 
 
De jeunes Graulens, qui par manque de logement ont dû « s’exiler » à Aigues-Mortes ou à Saint Laurent se voient écartés pour l’obtention d’un logement en location ou en accession au prétexte qu’ils ne résident pas sur la commune. Puisque on n’habite pas au Grau (dans la plupart des cas pour des raisons économiques), on n’est pas prioritaire sur la liste ! C’est donc le principe de la double-peine qui s’applique. Il serait grand temps que la Commission Ad Hoc d’attribution de logements se réunisse pour présenter et étudier les candidatures. 
 
Mais sommes-nous vraiment étonnés de cette opacité de plus dans un dossier encore géré par le CCAS !
Le 23 novembre 2016