Un conseil municipal qui fleurait bon la campagne…

IMG_1039Conseil Municipal du 2 octobre 2019

Le public était nombreux en ce mercredi 2 octobre 2019 : jour de rentrée pour le Conseil Municipal. On ne peut que se féliciter de cet intérêt rassurant mais soudain des citoyens pour la vie municipale, venus tout particulièrement pour la délibération N°19 à propos de l’écoquartier méditerranéen.

Il est un temps, pas si lointain, où certains élus d’opposition étaient favorables à ce projet d’aménagement quand Le Cercle du Grau restait plus prudent en préférant l’abstention. Participant à tous les ateliers, à toutes les commissions urbanisme et réunions publiques sur ce sujet, cette présence et cette assiduité lui ont permis de peser sur certaines décisions, notamment concernant la hauteur des bâtiments en lisière de propriétés et sur le choix de l’architecte pour la réalisation de l’ilot-test.

Ayant entendu les craintes et observations légitimes exprimées par les riverains, Le Cercle du Grau a présenté, au printemps dernier, des solutions alternatives (voir le dossier spécial) au projet porté par la Municipalité, via l’Etablissement Public Foncier (EPF LR). Rappelons que l’intervention des pouvoirs publics dans ce dossier a permis de limiter l’hégémonie des promoteurs qui auraient cherché à rentabiliser leur acquisition en densifiant encore plus cet espace.

Malgré les réserves qu’il exprime depuis plus de trois ans par le biais de l’abstention, Le Cercle du Grau est favorable à l’aménagement de ce terrain acquis par la Collectivité pour 9,5 millions d’euros. En revanche, il ne partage ni les projets de réalisation ni le calendrier.

Risques d’inondations, afflux de population non souhaitée, voiries pas adaptées pour la circulation et le stationnement, développement du communautarisme… certains ont choisi de jouer sur les peurs des Graulens et d’agiter des fantômes de mauvais goût. Sans démagogie, Le Cercle du Grau poursuit ses réflexions et assume ses positions dans le cadre d’une opposition constructive et réfléchie, tout en étant acteur du futur.

Le 6 octobre 2019

Lire les positions et interventions du Cercle du Grau lors du Conseil Municipal du 2 octobre 2019.

 

Etre et avoir été…

Compte-rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2019

27 délibérations inscrites au Conseil Municipal du 26 juin dernier mais à peine deux qui ont suscité des débats car relatives à l’écoquartier méditerranéen : un sujet à priori devenu sensible et d’intérêt général depuis peu.

Le Cercle du Grau, favorable à ce projet d’aménagement depuis son origine, déplore cependant les orientations décidées par l’équipe municipale. Il a eu l’occasion à maintes reprises de regretter publiquement certains choix lors de conseils municipaux, de commissions urbanisme, d’ateliers « écoquartier » ou de réunions publiques, incitant l’équipe municipale à revoir sa copie sur certains aménagements, et tout particulièrement sur les immeubles initialement prévus en limite de propriétés des habitants du quartier Lou Fanal.

L’opposition constructive, c’est d’avoir permis à la famille propriétaire du camping des pins de se faire accompagner par un notaire aguerri pour la vente de ce terrain.

L’opposition constructive, c’est de participer activement à toutes les réunions et se tenir informé de toutes les évolutions du projet sans attendre une bien pathétique tribune lors du dernier conseil municipal pour faire semblant d’être au fait du dossier.

L’opposition constructive, c’est réfléchir à des solutions alternatives présentées dans un document largement diffusé et qui a suscité un vif intérêt de la part des Graulens, riverains ou non de ce futur quartier.

C’est cela l’opposition constructive, pas celle qui consiste à surfer sur un sujet réellement sensible pour certains jeunes (et moins jeunes) obligés de s’expatrier pour trouver un logement à prix abordables alors que leur activité professionnelle (celle qui fait aussi la richesse économique de notre cité) est basée au Grau du Roi.

Ce n’est pas celle, non plus, qui consiste à récuser ce projet dans son ensemble en se souciant davantage des intérêts des promoteurs plutôt que de celui des Graulens.

Pas toujours facile d’être, après avoir été…

 

Rappel des positions du Cercle du Grau

 27 avril 2016 : Délibération 10 : Avenant n° 1 à la convention d’anticipation foncière Ecoquartier Méditerranéen n°2015G226 

Madame PELLEGRIN-PONSOLE demande à quoi correspond cette augmentation. Madame PELLEGRIN-PONSOLE pense que s’il s’agit des conditions effectives d’acquisition, l’EPF n’est pas soumis aux droits de notaire. Elle souhaiterait savoir ce que cela représente. Madame PELLEGRIN-PONSOLE affirme que non, à l’enregistrement des actes peut-être. Mais pas aux droits de notaire. Madame PELLEGRIN-PONSOLE souhaiterait obtenir le détail.

ABSTENTION 

28 septembre 2016 : Délibération 12 : Projet urbain « écoquartier méditerranéen » Accord Cadre monoattributaire de prestations intellectuelles de maîtrise d’œuvre N° 201512AC30

Mme Sophie PELLEGRIN-PONSOLE a une question elle voudrait avoir accès à cet accord cadre et savoir quelles seront les prochaines étapes. 

POUR

25 octobre 2017 : Délibération 17 – Ecoquartier méditerranéen  convention d’assistance à maîtrise d’ouvrage 

POUR

26 septembre 2018 : Délibération 10 – Accord-cadre de Mandats de maîtrise d’ouvrage pour le projet urbain « Ecoquartier Méditerranéen de Le Grau du Roi » 

Madame PELLEGRIN-PONSOLE fait savoir qu’un calendrier pour la création d’un îlot test leur a été donné, elle demande qu’en est-il pour l’entrée de ville Quai Colbert, l’avenue de Dossenheim et Pompidou. Madame PELLEGRIN-PONSOLE souligne que cela aurait été bien de l’avoir avant comme c’était convenu. Elle demande également s’il n’y a pas de plafond puisqu’il est écrit « Le présent accord cadre est conclu sans montant minimum ni maximum ». Et demande si ce n’est pas un chèque en blanc que l’on fait. 

ABSTENTION

30 avril 2019 : Délibération 22 – Déclaration de projet valant mise en compatibilité du PLU pour l’opération d’aménagement de l’îlot test de l’Ecoquartier Méditerranéen sur l’ancien site du camping des Pins valant déclaration d’intention au titre du code de l’environnement

POUR

30 avril 2019 : Délibération 23 – Projet urbain et écoquartier portant information et demande d’aides financières 

Madame PELLEGRIN-PONSOLE déclare qu’elle va ne peut-être pas faire autant rire que ses collègues. Autant elle a voté pour à la précédente Délibération concernant la nécessaire vision du PLU et la mise en conformité, autant à cette délibération elle va s’abstenir. Non pas que Madame PELLEGRIN-PONSOLE soit opposée à la demande de financement qui sera plus que nécessaire, mais elle n’est pas d’accord avec les projets de travaux envisagés selon le calendrier proposé. 

ABSTENTION

26 juin 2019 : Délibération 10 – Attribution des marchés de travaux pour l’aménagement des espaces publics – Phase 1 – de l’écoquartier méditerranéen de Le Grau du Roi

ABSTENTION

26 juin 2019 : Délibération 11 – Projet « Ilot test du Quartier des Pins » dans l’écoquartier méditerranéen : Autorisation de déposer une demande de Permis d’Aménager

Madame PELLEGRIN-PONSOLE fait remarquer que dans ce projet, on part d’une esquisse, d’une perspective et on aboutit directement à la réalisation sans concertation intermédiaire. Madame PELLEGRIN-PONSOLE ne partage pas l’avis du Maire de ne pas créer de commerces dans cet espace qui risque de devenir une cité dortoir. Elle s’abstient sur ces deux questions car même si elle est très favorable à cet écoquartier, elle a d’ailleurs suivi toutes les réunions peut-être à la différence d’autres, mais elle n’est pas en phase avec ce qui est proposé en termes d’aménagements, de calendrier et d’attribution de marchés publics.

ABSTENTION

Le 6 juillet 2019

Ecoquartier : Un projet alternatif mieux adapté aux attentes des Graulens

IMG_1241

Le Cercle du Grau est évidemment favorable à l’élaboration d’un schéma d’aménagement urbain général mais regrette que le futur écoquartier méditerranéen soit « l’alpha et l’oméga” de cette réflexion. En effet, plusieurs points sont à revoir et tout particulièrement l’implantation des bâtiments, totalement occultée des débats depuis le lancement de ce projet.

Ce n’est qu’en ce début d’année 2019 que les Graulens, riverains ou non, ont réalisé que les esquisses, jusqu’alors présentées comme de simples illustrations, étaient en réalité les immeubles qui allaient fleurir et pour certains, juste au bout de leur jardin, là où Monsieur le Maire et son escouade de consultants et autres spécialistes, avaient promis des ”petites maisons de pêcheurs” !

Le terrain prévu pour accueillir le Quartier des Pins, représente un enjeu majeur pour la requalification du centre-ville et l’attractivité du Grau-du-Roi. La proposition apportée par le cabinet mandaté par la Municipalité ne répond ni aux normes relatives aux écoquartiers, ni aux attentes des Graulens en termes d’aménagements urbains et de logements. La densification extrême (plus d’un millier de résidents) semble davantage satisfaire les appétits des promoteurs qui affichent déjà un prix situé entre 3000 et 4200 € le mètre carré.

La plus controversée des propositions avancées par la Municipalité, est celle d’implanter des immeubles de 2 étages, soit une hauteur minimale de 10 mètres, (le Vieux Phare du Grau du Roi mesure 19 mètres) en limite de propriété des riverains du lotissement Lou Fanal. Espacés les uns des autres par des ruelles sans voie de circulation pour les véhicules, ces ensembles ne disposeront pas de commerces ni de services. Pourtant, une Maison Médicale aurait pu trouver sa place au cœur de cet espace. Sans vie et sans âme, ce nouveau quartier risque de devenir une simple cité dortoir et ses ruelles pourraient rapidement devenir des lieux dans lesquels on ne souhaiterait pas s’attarder.

La proposition du Cercle du Grau consiste à concentrer les bâtiments en R+4 (incluant un parking privatif en rez-de-chaussée) sur la partie ouest du site (celle présentant peu de vis à vis avec les habitations existantes) et au cœur du futur quartier. Le long du lotissement Lou Fanal et de la rue Vincent, des villas individuelles en R+1, disposant chacune d’un espace de stationnement privatif, viendront compléter l’ensemble résidentiel. Ces « Maisons de la Côte » seront organisées de sorte à avoir une façade sur rue et une façade intérieure sur jardin, suivant le modèle d’Europe du Nord. Ces propositions d’aménagement offrent une réponse optimale à la recherche de densité et à la préservation d’un environnement urbain de qualité.

A l’entrée ouest du Quartier des Pins, un projet de Maison Médicale pourrait voir le jour sur un terrain privé. Pour desservir les habitations et les prestataires de services qui auront choisi d’installer leur activité au cœur de ce nouvel espace, un maillage de voies de circulation sera créé. Dans cet écoquartier, la présence de la voiture doit s’atténuer sans pour autant en disparaître entièrement.

Avec un potentiel de 300 logements dans le Quartier des Pins, de 110 appartements dans celui de la Gare et de 70 villas, ce projet a été imaginé dans le respect des riverains installés de longue date aux abords de cet espace naturel, en privilégiant les moyennes et grandes superficies afin d’éviter toute spéculation immobilière liées aux résidences secondaires. Ce projet propose une meilleure qualité d’usages et d’habitations autant pour les nouveaux résidents que pour les riverains dont on peut comprendre la légitime inquiétude face à la modification significative du paysage urbain.

Le 1er juin 2019