Quand ça part mal…

Communauté de Communes Terres de Camargue

Sans vouloir refaire l’histoire sur les conditions d’élection rocambolesques du Président de la Communauté de Communes Terre de Camargue (CCTC) en 2014, Le Cercle du Grau s’inquiète aujourd’hui des dérives politiciennes qui impactent sérieusement le fonctionnement de la Communauté de Communes.

Favorable sur le transfert des compétences tourisme à la Commune dans le cadre de la loi NOTRe, vu l’importance de ce secteur économique pour notre station balnéaire, Le Cercle du Grau a préféré s’abstenir sur la modification des statuts présentés lors du dernier Conseil Municipal, prévoyant notamment le transfert de la compétence « éclairage public », initialement du ressort de la CCTC.

Pourquoi l’abstention ? Parce que Le Cercle du Grau a le sentiment que les ambitions personnelles de certains élus de la CCTC conduisent à ce « détricotage » des règles communautaires établies au départ. La CCTC semble devenir la base-arrière politique de candidats battus aux dernières élections municipales du Grau du Roi qui s’opposent désormais systématiquement aux transferts de compétences vers la Ville. Il s’agit pour eux de conserver un semblant de pouvoir dans ce bastion imaginé imprenable.

Le 1er novembre 2017

Pour une soirée « Phares », la lumière n’a pas brillé sur le dernier conseil municipal.

IMG_8831

Conseil Municipal du 25 octobre 2017

Des 23 délibérations inscrites à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 25 octobre 2017, peu de choses sont à relever tant les séances deviennent de plus en plus des chambres d’enregistrement où chacun y va de son exercice (parfois laborieux) de lecture sans réel débat et sans entrer dans le fond des dossiers.

Pour satisfaire l’équipe municipale en lui offrant le maigre contenu de ses publications et lui permettre de justifier son action, Le Cercle du Grau vous livre son analyse et le détail de ses remarques qui ne manqueront certainement pas d’être commentées par la nouvelle tête pensante de la Mairie qui devrait cependant vérifier ses sources et certaines de ses affirmations.

En votant favorablement sur les projets de réhabilitation du Phare de l’Espiguette et du Vieux Phare, Le Cercle du Grau « paie pour voir » et les contribuables avec. Dommage d’avoir encore à se prononcer sur de tels projets sans qu’ils soient présentés en Commissions Patrimoine et/ou Urbanisme. Mépris du rôle des élus d’opposition (et parfois de ceux de la majorité qui découvrent les dossiers en séance), négligences récurrentes (mais plus c’est gros et mieux ça passe) et choix de gouverner seul avec un vernis d’adhésion générale sont les trois piliers de la stratégie municipale.

Monsieur le Maire ne s’embarrasse pas des formes au point de ne pas respecter la procédure d’installation d’un nouveau conseiller municipal de sa majorité au prétexte que c’était une question de « sensibilité ». Navrant d’assister à cette revendication du « monopole du cœur ». Il faut savoir gérer ses émotions lorsqu’on est premier magistrat d’une commune de 8000 habitants et surtout pas se réfugier derrière elles lors de manquements en reprochant à ceux qui lui font remarquer qu’ils manquent de coeur. Chacun appréciera l’installation en catimini de ce nouveau conseiller même si la disparition subite de son prédécesseur en a ému plus d’un.

Pas plus au point lors de l’annonce de la démission d’un conseiller municipal d’opposition à qui Monsieur le Maire demande candidement s’il peut connaître le nom de son successeur. Sait-il seulement que le Code Electoral impose que soit convoqué le colistier en suivant sur la liste ?

Non-respect des procédures et oublis fâcheux ponctuent donc la vie municipale. A tel point qu’à l’occasion de la délibération portant sur la Convention entre la Commune et la Région à propos du pont tournant, Le Cercle du Grau demandant (naïvement) si le recrutement d’un Maître de Port est toujours d’actualité, on apprend qu’il a été recruté depuis le 1er octobre et placé sous l’autorité du directeur des services techniques. On a bien fait de venir !

Pas très fort en communication, Monsieur le Maire, sauf pour effectuer le bilan des trois années de mandat écoulées. Peut-être qu’il n’y a en fait pas grand-chose à dire, en tous cas, il n’y a pas grand monde pour l’entendre ! Une poignée de curieux s’est pressée aux trois réunions « municipales » annoncées pourtant à grand frais d’argent public, notamment dans les pages du quotidien régional qui n’en fera même pas écho tant la ficelle du meeting politique est grosse. Ne soyons pas mesquins : inutile d’évoquer le « verre de l’amitié municipal » servi à la fin de ces réunions.

Peut-être plus novice que certains professionnels de la politique locale, Le Cercle du Grau pensait, aussi, en avoir beaucoup entendu. Et pourtant, les déclarations de certains en fin de séance affirmant que le Maire du Grau aurait dû être Président de la Communauté de Communes de Terres de Camargue, laissent sans voix. Pour avoir assisté aux âpres tractations en vue de l’élection du Président de la CCTC, Le Cercle du Grau se souvient des mauvaises stratégies et des faux calculs de certains élus d’opposition, frappés aujourd’hui d’amnésie et/ou de mauvaise foi, mais malgré tout, désormais hors-jeu. Les combines politiques à trois ans de l’échéance municipale conjuguées à des ingérences inopportunes de certains dans les affaires de la Communauté, conduisent inexorablement à la fin de l’esprit communautaire qui devrait prévaloir dans les intérêts des citoyens.

Le Cercle du Grau reste le « meilleur ennemi » de l’équipe municipale en place. Que le « maître des clés » de la mairie continue pathétiquement à s’appuyer sur ses interventions pour justifier d’une gestion aussi désorganisée qu’incohérente : « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ! » ainsi parlait Léon Zitrone.

Le 30 octobre 2017

 

Factures d’eau : le principe des vases communicants !

vase-communiquant1

Dans le courant du mois de juillet, tous les foyers de la Commune ont reçu leur facture d’eau. Si on a pu constater avec plaisir une diminution de la facture globale (près de 7% entre mars 2014 et juillet 2017), en revanche, il n’a pas échappé aux clients avertis que nous sommes que la part sur les abonnements de distribution d’eau perçue par la Communauté de Communes Terre de Camargue a augmenté de 345% durant cette même période et de 60% sur la consommation (sans parler de la part délégataire)*.

Certes le net à payer sur la collecte et le traitement des eaux usées a baissé de 31% entre 2014 et 2017 pendant le montant pour la distribution d’eau (abonnement + consommation) a connu une hausse de 33%.

Quel éclairage nos élus communautaires (de majorité et d’opposition) pourraient nous apporter sur notre facture d’eau et ce en plein renouvellement de concession ?

*Calculs effectués sur une base de consommation de 0 à 80m3

Le 6 août 2017

Facture_Eau_2014_2017