Le Cercle du Grau : force de propositions pour sa Commune

Le dernier Conseil Municipal de l’année (19 décembre 2018) s’est déroulé dans la même torpeur qui semble s’abattre depuis quelques mois sur la salle du Conseil. On échange cordialement, parfois à fleuret moucheté, mais malheureusement sans chercher à proposer des alternatives ni à préserver les intérêts des Graulennes et des Graulens.

Se laisse « enfumer » qui veut bien, Le Cercle du Grau poursuit, quant à lui, son travail d’écoute et d’opposition constructive.

Occupation du Domaine Public

A propos des taxes et produits irrécouvrables (délibération n°1), Le Cercle du Grau regrette que chaque année la Commune doive renoncer à une partie des recettes en matière d’occupation du domaine public. Aussi, il a proposé lors de la dernière séance que ces taxes soient recouvrées en tout début de saison ou qu’elles soient directement réclamées aux propriétaires qui les répercuteraient sur le prix de leur loyer.

Stationnement et camping-cars

Annoncer 137 000 € de recettes annuelles pour le parking de la Plage et s’en réjouir révèle une nouvelle fois le manque de clairvoyance de la Municipalité à propos des affaires courantes (délibération n°24). Si on considère les 186 places payantes 9 mois de l’année, cet espace de stationnement, s’il était correctement géré, devrait rapporter 4 fois plus, soit plus de 500 000 €.

Les camping-cars qui ont trouvé un emplacement exceptionnel à très bas coût (quand ils s’en acquittent : 25 € par jour alors que les campings de la commune affichent un tarif moyen de 35€) représentent 90 000 € de recettes par an, soit seulement 117 véhicules stationnés sur l’année. Le Cercle du Grau, par la voie de sa représentante Sophie Pellegrin-Ponsole, a souhaité une nouvelle fois attirer l’attention de la Municipalité sur le manque à gagner de ce parking non-surveillé, où les camping-cars occupent 2 ou 3 places pour respecter leur confort personnel privant les véhicules particuliers de stationner à deux pas de la plage et du centre-ville. La Municipalité doit définitivement trouver un autre emplacement pour accueillir ces touristes à très faible contribution pour la Commune (60 € de dépenses par jour et par camping-car – occupé par 2,5 personnes – contre 54 € par jour et par personne pour un seul touriste). La solution du Camping Municipal de l’Espiguette pourrait être une des réponses à ce problème récurrent, l’étude d’une aire d’accueil côté Vidourle pourrait en être une autre selon Le Cercle du Grau.

Toujours concernant le stationnement et pour la première fois cette année (délibération n°24), vouloir limiter à six le nombre de places attribué aux professionnels dans le parking sous-terrain Saint Vincent est une juste mesure. Mais Le Cercle du Grau va plus loin et propose qu’une majoration de tarif soit appliquée durant la période estivale aux loueurs d’appartements et autres professionnels de l’hébergement qui proposent cette prestation supplémentaire, donc payante, à leurs clientèles.

Enfin, ne pouvant prédire la configuration dans laquelle l’Assemblée Municipale se trouvera en décembre 2020, Le Cercle du Grau a préféré s’abstenir concernant le renouvellement de la mise à disposition du Directeur Général des Services du Grau du Roi. Une reconduction pour deux ans seulement alors que les textes prévoient jusqu’à trois ans. Preuve que le calendrier ainsi que les échéances électorales n’ont échappé à personne. La position du Cercle du Grau semble plus honnête et transparente…

Le 29 décembre 2018Camping-car

Camping de l’Espiguette : sécurité bradée ?

camping_espiguette

Le résultat de l’appel d’offres lancé pour assurer la sécurité du camping municipal de l’Espiguette au Grau du Roi est stupéfiant ; stupéfiant quant à l’estimation du nombre d’agents prévue au regard des effectifs des saisons précédentes.

Alors  que plus d’une quarantaine d’agents s’est relayée pour assurer la sécurité du camping en juillet et août 2016, le Directeur de la SEM Le Grau du Roi Développement a estimé qu’une douzaine de personnes suffirait en 2017 pour la même période afin de garantir la sécurité des vacanciers et des personnels du camping de l’Espiguette qui accueille plus 10 000 personnes en haute saison.

Dans ces périodes plus que troublées, comment peut-on envisager de brader à ce point la sécurité même sous prétexte de vouloir réaliser des économies en baissant de plus de 35% le nombre d’heures de présence des agents de sécurité, à moins que le recours aux heures supplémentaires ne devienne le nouveau mode de gestion de la SEM ?

Le 18 mai 2017

Camping Municipal de l’Espiguette : trois petits tours et puis s’en va !

Camping

Bâtir sa stratégie et justifier son action en dénigrant la gestion de son prédécesseur est un usage courant dans la vie publique. C’est bien l’exercice dans lequel le Directeur de Station du Grau du Roi a excellé durant les 3 dernières années. Il ne manquera certainement pas de nous s’y plier une nouvelle fois lors d’une dernière présentation en Conseil Municipal avec force de graphiques, de tableaux et de bons mots. La logorrhée verbale de ce bon acteur a en séduit plus d’un. Au demeurant, le dossier « Tourisme » dont il avait la charge au travers du camping municipal et de l’office du tourisme, mérite quelques décryptages avant son départ.

Restant entendu que la gestion « de bon père de famille » conduite par l’ancien directeur aurait pu être perfectible, on a appris que la renégociation des emprunts de la SEM du Camping de l’Espiguette est en cours avec une possibilité de gain total sur la période 2017-2025 de 64 377 € (soit environ 9 000 € par an). Parfait, même s’il n’y a pas de quoi sauter au plafond !

En revanche, il est peu scrupuleux d’annoncer en Conseil d’Administration que l’ancien Directeur du Camping ait acquis sans « réelle » mise en concurrence, 400 chalets pour un montant de 10 millions d’euros entre 2001 et 2013. Il faut savoir qu’une SEM, telle que celle qui régissait le Camping de l’Espiguette, ne percevait aucune subvention publique et n’était donc à l’époque pas soumise au Code des Marchés Publics. Seuls trois devis de fournisseurs suffisaient pour se déterminer. D’ailleurs, la Chambre Régionale des Comptes n’aurait certainement pas omis de mentionner ce dysfonctionnement dans son rapport si le cadre légal n’avait pas été respecté. Cela étant, on peut raisonnablement regretter qu’aucune autre consultation n’ait été menée pendant ces 14 ans et on peut être surpris que cette connivence commerciale n’ait jamais été remise en cause durant la période. Mais que faisaient donc les élus de l’opposition, au premier rang duquel figurait Monsieur le Maire, pendant toutes ces années ?

Apprendre la passation d’un marché de 500 000 € annuels pour la société de gardiennage du camping depuis 2008 sans mise en concurrence peut également étonner mais encore une fois, la SEM du Camping de l’Espiguette n’était pas soumise au Code des Marchés Publics. Juridiquement, rien à redire même si déontologiquement d’autres consultations auraient pu être engagées afin de s’assurer que les montants de prestations se situaient dans les prix du marché.  Mais que faisaient donc les élus de l’opposition pendant toutes ces années ?

En 2016, le résultat d’exploitation est annoncé en progression de 611 000 € pour la SEM Le Grau du Roi Développement : un bon point pour la nouvelle direction mais n’oublions que la Mairie a versé 525 000 € à l’occasion du transfert des services de l’Office du Tourisme vers la SEM.

Ces trois exemples illustrent le mode de fonctionnement d’un Directeur qui s’est posé avant tout comme un gestionnaire et non pas en animateur d’une station qui perd chaque année un peu plus en attractivité. Pas assez de budget, pas assez de liberté d’action, on ne connaîtra probablement jamais les vraies raisons de ce départ, ô combien prévisible, annoncé (hasard du calendrier) le jour du vote du budget de la Commune.

Le Cercle du Grau souhaite que le prochain directeur (trice) de la station presse un peu plus « le jus de cervelle » plutôt que n’actionne le « robinet à finances » pour offrir à la Ville de vrais événements et constituer un réseau de professionnels du tourisme tout à fait capables de répondre aux attentes des vacanciers.

Lets’ « Grau » to the mountains (le directeur de station repartant vers les montagnes) !

Le 19 avril 2017

Carton Plein !

espiguette

Au dernier Conseil Municipal (29 juin 2016), on a joué à « carton plein ». Unanimité totale sur les 15 questions inscrites à l’ordre du jour, c’est peu dire des enjeux majeurs qu’elles soulevaient : sortie d’inventaire d’une tondeuse, motion de soutien à la candidature de la Ville de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2024, don d’un tableau à la Commune… A côté de cela, la modification du nom de la « régie des recettes » en « régie des taxes diverses » qui sera chargée de l’encaissement de la taxe de séjour. Une crainte a été soulevée en Conseil Municipal quant à cette taxe de séjour qui ne devra pas être « noyée » dans les taxes diverses mais bien être utilisée à des fins uniquement touristiques.

 

A part, ces menues questions, s’est ajouté le rapport d’activités du délégataire des Arènes qui en 5 minutes chrono a réussi à présenter une année complète d’exploitation ! Mais la palme de la présentation revient sans conteste au Directeur de Station qui passa près de 3/4 d’heure à nous expliquer que le « Messie touristique » était enfin arrivé !

Tout y est passé, égratignant au passage les anciennes directions, et justifiant par de banales anecdotes son poste et son salaire. Ainsi a-t’on a appris que certains véhicules de service du camping municipal roulait au fuel et sans assurance, que le « Splash » et les jeux aquatiques n’étaient pas aux normes, que le camping n’avait pas été repeint depuis 30 ans, qu’il n’y avait jamais eu de commercialisation, que la gestion était celle d’un bon père de famille et sans plus, je suis sûre que l’intéressé appréciera… ! A moins qu’à vouloir noircir le tableau à ce point, on ne veuille nous laisser entendre qu’il faudrait (aussi) vendre le Camping de l’Espiguette qui rapporte tout de même (même indirectement) plus de 800.000 € à la Collectivité chaque année et qui affiche un résultat net d’exploitation de 200.000 € en 2015.

 

Quant à l’Office du Tourisme, tout va bien : une fréquentation en hausse à la Villa Parry (alors que 59% des Offices du Tourisme du Gard déclarent une baisse d’activité en mai et juin 2016), le « problème des photocopieurs » (où nouvelle et ancienne majorité municipale observent un mutisme parfait) est en cours de règlement…, des cavaliers—connectés aux entrées de ville pour renseigner les touristes, des reportages (payés pour la plupart) comme s’il en pleuvait… Mais quid des reportages à charge comme ceux qui tournent en boucle sur D8 ou W9 où on nous présente une station balnéaire oscillant entre Chicago et Bogota ???

 

Bref, beaucoup d’effets d’annonces mais qui apportent quoi à l’économie touristique de notre Commune ? Pas d’accompagnement des professionnels touristiques dans leur commercialisation, une troisième saison sans site Internet digne d’une ville comme Le Grau du Roi (la préfiguration du futur site devrait être mise en ligne début juillet, mais on est début juillet !)…

 

Celui qui a son arrivée nous expliquait qu’ici on n’avait rien compris au web, qui se gargarisait à chaque réunion que « vacancesencamargue.com », ça ne servait en rien l’image de la station, qu’il fallait à tout prix que le nom de la destination figure dans l’adresse du site, et bien, c’est celui-là même qui nous explique 18 mois après son arrivée que le futur site s’appellera « letsgrau.com » ! Sûr que les touristes du nord de l’Europe ou même d’au-dessus de la Loire vont nous trouver sur la toile !!!

 

En savoir plus sur le dossier Tourisme

 

Le 5 juillet 2016