Vers plus de fermeté pour une meilleure harmonie

Certains « réboussiers » et autres nostalgiques du temps révolu où Le Grau du Roi ne comptait que la moitié d’habitants par rapport à aujourd’hui, se plaisent à dire que Le Grau du Roi serait devenu un pays sans loi. Je ne veux pas y croire mais il est vrai que ces incivilités et libertés prises avec les règles contribuent à exacerber un sentiment de ras-le-bol général. Au plan national comme au niveau local, elles conduisent parfois certains à se réfugier dans un vote de dépit, alors qu’une meilleure information mâtinée d’un peu de répression permettrait de régler durablement bon nombre de situations.

Sans verser dans le catastrophisme ni céder à certaines facilités qui consisterait à laisser entendre que « l’enfer, c’est forcément l’Autre », Le Cercle du Grau a fait un rapide état des lieux sur l’incivisme et délits mineurs que chacun déplore dans la ville.

Un constat sans complaisance et qui ne stigmatise pas ceux sur lesquels il est facile de jeter l’opprobre.

Un constat sans ambages qui ne cible pas seulement les touristes, sources de beaucoup de maux à en croire certains.

Un constat qui pose les (bonnes) questions sur comment vivre harmonieusement au Grau du Roi, l’été mais aussi l’hiver.

Un constat sans démagogie mais qui suppose que la Municipalité prenne ses responsabilités sans peur de froisser de potentiels électeurs. A moins d’un an des prochaines échéances électorales, le laisser-aller devient grandissant. Le Cercle du Grau vous propose de pointer ces dysfonctionnements et annonce les premières pistes d’un programme où le respect du bien-être de chacun sera prioritaire.

Sophie Pellegrin-Ponsole
Conseillère Municipale
Vice-Présidente du Cercle du Grau



Le Cercle du Grau : un mandat pour tout mettre à plat

A la lecture de tous ces petits riens qui gâchent parfois notre quotidien, on finit par comprendre la désaffection des touristes et la vive inquiétude de ceux qui vivent et travaillent au Grau du Roi. En 2018, plus de 2 000 mains courantes ont été déposées auprès de la Police Municipale. 172 rapports d’infraction ont été remis à la Gendarmerie. Certains se réjouissent de ce chiffre relativement bas pour une station de la taille du Grau du Roi en haute saison. Si le nombre de plaintes enregistrées est aussi dérisoirement faible au regard des délits commis, c’est que la plupart des victimes (vacanciers ou résidents) refusent d’engager des poursuites. Cependant, les « bons » résultats annoncés chaque année par la Municipalité ne parviennent pas à rassurer les citoyens dont le sentiment d’insécurité ne cesse de croître.

Nuisances sonores, stationnement anarchique, occupation illégale du domaine public, dépôts d’ordures sauvages, vols à la tire et autres délits… avec 56 agents communaux affectés à la sécurité et à la gestion de la voie publique en haute saison, assistés par une vidéo-surveillance de plus en plus performante, des mesures plus fermes devront être adoptées afin de retrouver une certaine harmonie et plus de sérénité. Le Cercle du Grau propose un nouveau candidat avec un seul mandat pour tout remettre à plat !

Le 28 août 2019

Rétrospective 2015 – Train à 1 €

Depuis la mise en place du dispositif du Train à 1€ en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ?
Cet article, publié le 2 décembre 2015, est à lire sur https://lecercledugrau.com/2015/12/02/pour-ou-contre-le-train-a-1-e/
train_ponsole.png

Pour ou contre le Train à 1 € ?

La réponse n’est peut-être pas aussi manichéenne qu’il n’y paraît. Certes depuis la mise en place de ce dispositif en 2011, on a constaté une hausse des incivilités et des délits au Grau du Roi pendant la période estivale. Mais le train à 1 € en est-il la seule cause ? Qui de la poule ou de l’oeuf est arrivé en premier ? Est-ce ce moyen de locomotion qui draine une population modeste vers notre station balnéaire ou bien est-ce que parce que notre cité maritime n’a pas les moyens d’attirer une clientèle plus aisée que le train à 1 € a trouvé un itinéraire de choix ?

Outre ses atouts naturels et patrimoniaux indéniables, Le Grau du Roi dispose d’une formidable richesse que peu de stations balnéaires en France peuvent revendiquer : celle de pouvoir arriver directement sur la plage en train. A quel moment, dans quelle communication, cet atout touristique a t’il un jour été mis en avant ? Dire que Le Grau du Roi est à moins de 4 heures de Paris ne constituerait-il pas un argument de marketing de poids ?

Aujourd’hui, il est désolant d’assister à un tel dévoiement de train qui sillonne l’un des parcours les plus beaux de la région. Traverser les salins, passer au pied des remparts d’Aigues-Mortes, apercevoir au loin le Château de Teilhan de Fanfonne Guillerme, longer les vergers du début des Costières…, un vrai luxe qui n’est malheureusement pas exploité.

Certaines communes du Languedoc-Roussillon ont compris l’intérêt du TER qui offre un déplacement sûr et évite les problèmes de sur-stationnement. A-t’on jamais entendu parlé de problèmes sur la ligne Perpignan-Collioure et de grogne de la population des stations desservies sur le littoral catalan ? Les commerçants de Sète se plaignent-ils d’incivilités dans les rues de la petite Venise régionale ?

Au Grau du Roi, on accuse ce dispositif de tous les maux : petite délinquance, clientèle pas très reluisante, baisse de la consommation… mais n’aurait-on pas renoncé depuis déjà de nombreuses années à attirer une clientèle « haut de gamme » ? Qu’a fait la Municipalité (l’ancienne et la nouvelle) pour inciter les acteurs du tourisme à proposer des prestations de qualité ? La multiplication des établissements de restauration rapide, l’invasion des rues piétonnes par des marchands du temple, l’absence de mesures incitatives pour améliorer l’aspect esthétique de notre cité maritime, une politique pas assez offensive pour favoriser l’installation d’établissements de qualité, les freins et les contraintes imposés aux commerçants installés à l’année… ont conduit à la dégradation de la fréquentation touristique et à l’arrivée de ces « mercenaires touristiques » qui offrent des prestations « bas de gamme » en faisant converger vers Le Grau du Roi, tous ceux qui n’ont pas les moyens d’aller ailleurs.

Alors oui, le train à 1€ participe à cette paupérisation et à l’afflux d’une clientèle non souhaitée, mais non, il n’en est pas la cause, juste la conséquence. Aux élus désormais en place, de rendre la ville plus attractive, en proposant des animations de qualité, en favorisant l’installation de commerces un peu plus haut de gamme, en incitant les résidents et les commerçants à embellir leurs façades et leurs pas de porte, en faisant appliquer les règles d’hygiène, de comportement et de respect élémentaires… et peut-être qu’une clientèle un plus soignée retrouvera le chemin du Grau en empruntant, pourquoi pas, « le train de la discorde » pour venir profiter de notre belle station balnéaire.

Train_Ponsole

Le 2 décembre 2015